Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Glossaire

 405 vues

Yves DUBOURG, Directeur des Coopérations et Relations Internationales, CHU de Rennes

Saint Pierre et Miquelon est situé dans l’Océan Atlantique Nord à 4300 km de la métropole. On compte cinq cent habitants à Miquelon et six mille à Saint-Pierre.

Le Centre Hospitalier François Dunant (CHFD), ouvert en 2014, assure la prise en charge médicale hospitalière des habitants de l’archipel. Il a enregistré un peu plus de mille trois cent séjours en 2017 dans ses cent vingt lits et places, dont trente-cinq lits de MCO. La démographie médicale est faible avec seize praticiens permanents, régulièrement appuyés par des médecins « missionnaires ». L’isolement professionnel lié à l’insularité et la distance avec la métropole est marquée mais compensée par des partenariats multiples avec les établissements métropolitains.

Dans ce contexte, une convention de partenariat avec le CHU de Rennes a été signée en 2016. Celle-ci couvre à la fois le champ de la téléconsultation et de la télé-expertise, mais aussi des missions d’échanges et de formation sur site ou au CHU, ainsi que la participation aux staffs médicaux. La convention couvre également l’’accueil des patients nécessitant une évacuation sanitaire (EVASAN) vers la métropole.

Fonctionnement

La télé-expertise est organisée autour de correspondants médicaux dans chaque spécialité. Les praticiens du CHFD envoient un mail via une plateforme sécurisée (Sterenn) au praticien concerné qui donne une réponse ou l’oriente vers l’un de ses collègues pour répondre à la demande sous un délai allant de deux jours à une semaine.

Afin de faire fonctionner le partenariat, le CHU a mis à disposition les ressources suivantes :

  • Un coordinateur médical pour piloter les avis médicaux (sans temps dédié) qui assure à ses collègues du CHFD la fluidité des accès à ses collègues spécialistes

  • Un serveur de connexion sécurisée (le même que celui utilisé dans le Groupement Hospitalier de Territoire de Haute Bretagne dont le CHU de Rennes est établissement support)

  • Un cadre de santé à 0,1 ETP environ pour gérer les EVASAN et assurer avant leur arrivée à Rennes les conditions d’un accueil coordonné et fluide des patients de l’archipel (hospitalisations, consultations, …)

  • Un cadre de direction qui assure la coordination des différents volets de cette coopération

  • La création d’un livret d’accueil au CHU, pour les patients en EVASAN à Rennes ainsi qu’une négociation avec l’hôtel hospitalier pour l’hébergement de ces patients (et de leur accompagnant). Il sera prochainement complété d’une présentation de la Ville de Rennes, ainsi que de la mise en place d’un questionnaire d’évaluation de la satisfaction des patients accueillis, adressé par mail.

Depuis 2018, on recense de 70 à 80 hospitalisations par an au CHU de Rennes de patients provenant de Saint-Pierre et Miquelon. Plus d’une centaine d’avis ont également été recensés sur le serveur (mais certainement le double voire le triple d’avis sont donnés en direct et ne sont pas tracés) et six missions médicales, médico-soignantes ou soignantes, ont été menées (essentiellement du personnel du CHU au CHFD) pour de la formation.

Limites et évolutions du dispositif

Reconnaître, en officialisant leur mission supplémentaire, et valoriser les praticiens qui s’engagent sur les avis, comme pour les consultations avancées au sein des établissements membres du GHT Haute Bretagne. D’abord il semble primordial de fidéliser les relations entre praticiens et de les reconnaître au même titre que pour les services rendus aux autres établissements du GHT. Ensuite, il s’agit aussi de promouvoir un élan de solidarité nationale et de service rendu aux français ultramarins, de la même manière que pour les zones métropolitaines rurales et isolées. Enfin, il est important de faciliter les connexions, les rendre faciles, intuitives et accessibles.

Faire du CHFD un terrain de formation des étudiants des facultés de médecine et de pharmacie de l’Université de Rennes : une première expérimentation très réussie a eu lieu de septembre à novembre 2018 pour trois externes de la faculté de médecine de Rennes et une demande d’agrément est en cours d’élaboration pour des internes de médecine générale et de pharmacie.

Valoriser financièrement cette activité : le CHU de Rennes perçoit une rémunération par avis recensé donné (100 euros par dossier) mais cette valorisation n’est à ce jour pas utilisée à l’intéressement des pôles/services auxquels appartiennent les praticiens, au vu du temps qu’ils consacrent à la réponse aux demandes d’avis et au caractère croissant de leur volumétrie. Cette approche est en cours d’étude.

Une étude sera par ailleurs prochainement menée par la Caisse de Prévoyance et de Santé de Saint-Pierre et Miquelon pour faire un bilan médico-économique des différents volets de la coopération, par rapport aux pratiques antérieures, et notamment comparer les coûts liés à une hospitalisation en métropole versus au Canada, Saint-Pierre et Miquelon étant situé au sud-est du Québec.

Pistes d’évolution du dispositif et du partenariat :

  • Vers de la télésurveillance.

  • Entre le CHFD et le Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes. Les patients de Saint-Pierre et Miquelon bénéficient de l’administration de la première chimiothérapie à Rennes, puis les autres itérations ont lieu au CHFD avec téléconsultation pour le suivi des chimiothérapies.

  • Entre le CHFD et l’établissement public de santé mentale Guillaume Regnier de Rennes pour la pédopsychiatrie, et la psychiatrie adulte. Les actions menées dans ce cadre concernent des actions de sensibilisation sur la dépression chez la personne âgée, des activités de télé-expertise et de téléconsultations en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et des missions des professionnels du CH Guillaume Régnier vers le CHFD : deux missions, d’une neuropsychologue spécialisée dans l’autisme et de psychologues sont prévues en 2019 dans le domaine de l’autisme.

Evolution vers le même type de coopération avec l’archipel de Wallis et Futuna (12 000 habitants, situé dans l’Océan Pacifique et à 16 200 km de la métropole, avec un décalage horaire de 11h) : en cours d’étude.

Facteurs clefs de succès

Un tel dispositif de partenariat nécessite une forte convergence d’objectifs et d’intérêts, mais également une bonne coordination au sein des établissements rennais et entre eux, ainsi que des temps d’évaluation réguliers avec les équipes médicales, soignantes et administratives du CHFD, et avec l’Agence Territoriale de Santé de l’archipel. Il est en effet indispensable de comprendre les besoins de l’établissement demandeur, de s’y adapter en permanence, d’être facilitant quant à la réponse à lui apporter et de mobiliser les équipes dans des organisations qui doivent perdurer au-delà des bonnes volontés et des personnes. Ces objectifs sont communs à tous les partenariats, qu’ils soient ultra-marins ou intra-GHT.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 24/04/2019

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Restitutions du 4ème Cercle solutions durables consacré aux plateaux médicotechniques : consultations externes et secrétariats médicaux (Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Restitutions du 4ème Cercle solutions durables consacré aux plateaux médicotechniques : consultations externes et secrétariats médicaux (Retour d'expérience, témoignage ♦ Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?