Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Ressources associées

Personne ressource

Etienne MAUGET

Glossaire

 572 vues

Choix de la méthode

L’enquête sous forme de questionnaire a été réalisée auprès des usagers, des malades, des proches de malades et des médecins. Elle a permis de :

  • Mettre en avant le point de vue de chacun des acteurs sur le thème de l’humain dans la santé ;

  • Comparer les réponses notamment celles entre les médecins et les patients.

La méthode choisie ici est une méthode de groupe de travail reprenant les points types d’une étude quantitative :

  • Elle cherche plus à mesurer des données qu’à comprendre le comportement des usagers.

  • Les données sont mesurables et donc facilement comparables.

  • La taille des échantillons est significative (taille de l’échantillon conséquente).

Objectif fixé et contexte

Ce questionnaire « Baromètre 360 » a été créé pour approfondir la thématique de l’humain dans la santé.

La population concernée a été divisée en trois typologies d’individus.

  • Des Français représentatifs de la population, âgés de 18 ans et plus, classifiés avec une méthode de quotas autour de certains critères (sexe, diplôme, profession et localisation régionale). Ils sont au total 991 à avoir répondu.

  • Des patients et/ou des proches de patients ayant fréquenté un établissement de santé ces 3 dernières années. Ils sont au total 1 509 à avoir répondu, dont 1 150 en tant que patients venus pour une consultation ou une hospitalisation, et 598 en tant que proches de patients ayant accompagné un proche hospitalisé.

  • Des médecins : ils sont 434 (généralistes et spécialistes, exerçant en ville ou en hôpital) à avoir participé.

Phase 1 : récolte de l’information brute

Le recueil des informations s’est effectué sous forme de questionnaire via Internet de manière individuelle permettant ainsi plus de transparence et d’engagement du point de vue de chacun. Le questionnaire est divisé en 3 chapitres :

  • La place du patient.

  • La place du médecin.

  • L’avenir de l’humanité.

Chaque typologie de personnes interrogées a reçu un questionnaire spécifique permettant par la suite de mettre en évidence les différents points de vue de chacun selon leur « fonction » (patient, médecin, proche).

Phase 2 : structuration, analyse et organisation des données

La structure du questionnaire et de ses trois chapitres permet d’analyser rapidement des données et de comparer les différents avis (contraste et perception des points de vue de chacun et même entre médecins exerçant à l’hôpital/cabinet).

Cela permet de mettre en évidence certains écarts notamment entre médecins et patients, ou patients avec ses proches, qui ont vécu ces expériences différemment.

La structure et l’organisation mettent en avant certains thèmes tournant autour de l’humain, la vision du médecin par le patient et la technologie dans la médecine.

Phase 3 : synthèse

La synthèse est réalisée à la suite des questionnaires dans une partie appelée « principaux enseignements », regroupant les points positifs des chapitres et ses axes d’amélioration.

Point de vue

Cette méthode d’analyse est similaire à une étude quantitative qui cherche plus à mesurer des données qu’à comprendre le comportement des usagers. Ces données sont mesurables et donc facilement comparables.

Comme le montre ici cette étude en comparaison avec celle du GHT Côte d’Opale, la taille des échantillons est privilégiée par rapport aux investigations sur le comportement en lui-même (on cherche plus à savoir combien de personnes pensent de telle façon que la raison pour laquelle elles pensent de cette façon).

Exemples d’attentes exprimées

Enseignements pour l’établissement :

  • Le sexe des médecins indiffère les patients (excepté pour les questions intimes).

  • La quasi-totalité des outils connectés de santé est perçue comme permettant d’apporter plus d’humanité dans la relation entre les soignants et les patients.

  • Les bénéfices apportés par les outils digitaux font l’unanimité auprès des Français, des patients et des médecins.

Émergence de nouveaux besoins :

  • Les Français et les patients pensent que les nouvelles technologies favorisent la relation entre le médecin hospitalier et son patient.

  • Le compte-rendu d’hospitalisation existe, mais il n’est pas remis au patient au moment de sa sortie, et souvent jamais, même longtemps après celle-ci.

  • L’information donnée au patient sur les médicaments administrés est très perfectible : 30 % des patients se disent « très bien informés ».

  • Les bénéfices apportés par les outils numériques font l’unanimité auprès des Français et des patients.

  • Seul l’usage des robots en santé suscite encore une large méfiance de la part des Français comme des patients.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 21/01/2020

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Associer les usagers à la conception de services numériques (Retour d'expérience, témoignage).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Associer les usagers à la conception de services numériques (Retour d'expérience, témoignage).

Vous êtes perdu ?