Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

 158 vues
Le Système d’information (SI) est le point d’achoppement des coopérations territoriales et ne constitue pas l’apanage du seul domaine des PUI. En tant que support des organisations, il est indispensable de le concevoir dès les premières réflexions sur le projet. Traiter le volet SI tardivement dans la conduite du projet, ou ne pas en faire une priorité dès le lancement de la coopération, risque de compromettre sérieusement la réussite du projet en impactant l’avancement et le calendrier du projet, l’organisation de la prise en charge des patients et la satisfaction des professionnels.

La conception et la mise en œuvre d’un système d’information partagé nécessitent notamment :

  • La structuration d'une gouvernance commune avec la constitution d’un comité opérationnel ad hoc associant a minima les services informatiques/les informaticiens des partenaires, les pharmaciens, les éditeurs de logiciels et prestataires informatiques des établissements membres. Inutile de préciser que les travaux menés par ce comité ad hoc doivent s’articuler avec les chantiers relatifs à la convergence des SI dans le cadre du déploiement des GHT ;

  • Une analyse préliminaire des flux d’information, la réalisation d’une cartographie des activités des partenaires de la coopération;

  • Un état des lieux des installations informatiques, des infrastructures techniques au sein des établissements et de la maturité des applicatifs des SI ;

  • Un recensement exhaustif des besoins fonctionnels, qui seront transposés en termes techniques informatiques ; il s’agit d’un aspect majeur du projet ;

  • Une évaluation des impacts humains en termes de ressources et de compétences disponibles parmi les équipes informatiques.

La continuité et la traçabilité de l’information sont d’autant plus ardues à mettre en oeuvre que le nombre de membres est élevé et nécessitent une interopérabilité entre leurs systèmes d’information. Cette indispensable interopérabilité oblige au recours à des interfaces plus ou moins nombreuses selon le périmètre de coopération et l’hétérogénéité des solutions logicielles préexistantes.

À titre d’exemple, un délai de 18 mois a été nécessaire pour rendre possible l’interfaçage de 10 SI des membres constituant le GCS Pharmacoopé. Ce dernier représente l’exemple le plus complexe parmi les retours d’expériences étudiés en termes d’interopérabilité des systèmes d’information existants. Comme décrit précédemment, ce groupement présente une grande hétérogénéité de prise en charge (sanitaire, médicosocial, handicap). Une unification du système d’information pour des secteurs aussi différents ne peut être envisagée pour la simple raison qu’un EHPAD n’a pas les mêmes besoins en fonctionnalités techniques qu’un établissement MCO.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/05/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Les coopérations territoriales en pharmacie à usage intérieur - Retour d'expériences (Retour d'expérience, témoignage ♦ Kit de productions).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Les coopérations territoriales en pharmacie à usage intérieur - Retour d'expériences (Retour d'expérience, témoignage ♦ Kit de productions).

Vous êtes perdu ?