Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Méthode

 1777 vues

La mise en œuvre d’un projet informatique ou d’informatisation1 est souvent appréhendée comme une source de coût plus qu’un iprojet créateur de valeur. Cette vision est largement due à une mesure des gains et coûts d’un projet informatique ne tenant pas compte de l’ensemble de ceux-ci.

Différentes natures de gains

Les coûts d’un projet SI sont généralement pensés uniquement autour de la technique mise en œuvre, des coûts d’achat, des licences requises ou de la maintenance, voire de la charge de gestion de projet mais les coûts d’évolution liés à l’accroissement des niveaux de sécurité des SI ou de mise en œuvre des évolutions réglementaires sont plus rarement intégrés.

De même, la notion de valeur est souvent réduite à un point de vue financier - le « ROI» - et fait dès lors l’impasse sur d’autres types de valeurs créées qui s’appuient sur l’amélioration des processus et du service rendu aux utilisateurs pour mesurer les gains ; ainsi, la valeur créée doit aussi être appréhendée dans l’usage de l’outil, son impact sur les processus métiers, les conditions de travail et leur contribution à la performance globale de la structure. Une analyse multidimensionnelle permet d’identifier et de qualifier des sources de gains, qu’il s’agisse de l’amélioration des prises en charge et, par l’élimination de taches à faible valeur ajoutée, du recentrage de l’activité sur le patient et la personne accompagnée, et une meilleure utilisation du temps de ces derniers et du personnel.

Mesurer les gains d’un projet informatique sur ces différents plans contribue donc à différents objectifs :

  • Légitimer la décision d’investissement ;

  • Préparer la conduite du changement ;

  • Mettre en place une démarche qualité ;

  • Communiquer pour favoriser l’adhésion et l’usage.

Des gains acquis seulement par l’usage au quotidien des outils

Il est essentiel de noter que c’est l’usage réel, et à leurs pleines capacités, des outils déployés qui permettra de réaliser des gains significatifs pour l’établissement et de dépasser ainsi la vision « coût » des projets SI. Pour ce faire, la réussite d’un projet SI passe par la prise en compte de quatre dimensions:

  • La dimension humaine : c’est l’usage qui crée de la valeur. Il faut donc considérer l’ensemble des services et modes de travail qui seront impactés et anticiper la conduite du changement, prévoir et adapter les formations... pour assurer un usage complet des outils mis en place ;

  • La dimension organisationnelle : un projet d’informatisation ou de changement d’outil informatique induit une évolution des organisations. Cette réorganisation est à penser dès le début du cadrage du projet pour adapter au mieux les fonctionnalités de l’outil ;

  • La dimension technique : tout projet SI comprend un volet technique qui doit être anticipé et mis sous contrôle (en termes d’infrastructure,...). Si la technique est défaillante, le projet se traduira par un échec ;

  • La dimension informationnelle : les SI représentent des actifs immatériels qui doivent être valorisés au mieux (capital d’informations, nouveaux usages...)

La mesure de la valeur créée devra ainsi s’appuyer sur ces différentes dimensions.

  1. Nous utiliserons le terme de « projet SI » pour recourir à ces deux notions (projet informatique, projet d’informatisation).

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 18/12/2017
Source du document : H12 retravaillé par Mazars

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Mener une analyse simplifiée des gains d'un projet (Méthode).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Mener une analyse simplifiée des gains d'un projet (Méthode).

Vous êtes perdu ?