Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Méthode

 1212 vues

Les gains qualitatifs se répartissent sur 2 segments.

La qualité, sécurité et coordination des prises en charge et de l’accompagnement

Ce segment comprend l’amélioration des prises en charge et des accompagnements via la coordination et la sécurisation des processus de travail. L’informatisation permet de mieux tracer les interventions réalisées en moins de temps et de les partager plus aisément, de manière sécurisée, aux professionnels et partenaires de travail : la coordination et la qualité des prises en charges s’en trouve ainsi accrue. L’informatisation améliore aussi le quotidien des professionnels intervenant dans la structure et dans le parcours des personnes, dont les conditions de travail sont facilitées : traçabilité des actes, accès en temps réel aux informations et échange avec les partenaires, amélioration des pratiques professionnelles (accès à des protocoles ou outils d’évaluation divers, accès facilité aux données,...). Ceci permet aux professionnels de remettre le patient ou la personne accompagnée au cœur de leur activité en réduisant le temps consacré aux taches annexes.

L’attractivité

Ce segment recouvre l’ouverture vers l’extérieur et l’intégration dans les parcours ainsi que la montée de compétences interne. L’ouverture vers l’extérieur se traduit par le développement des liens avec les autres établissements et les partenaires pour favoriser les accompagnements et prises en charge. Pour un établissement de santé, l’informatisation et le développement de liens avec l’extérieur permettent d’améliorer la qualité des prises en charge et de faciliter les entrées et sorties des patients vers les structures adaptées en disposant des informations requises ; pour un une structure médico-sociale, cela permet de mieux connaitre les partenaires sur un territoire et d’améliorer les parcours en sollicitant les appuis et prises en charge complémentaires souhaitées. D’une manière générale, il s’agira des gains liés à une meilleure coordination des parcours.

Enfin, ce segment comprend aussi le développement de compétences en interne reposant sur la disponibilité des données et leur exploitation pour mieux comprendre et s’insérer dans le territoire (données épidémiologiques, de consommation de soins, de délais d’accès aux soins, disponibilité des places dans les structures médico-sociales…). Ces données permettent à l’ensemble des acteurs (structures, MDPH, établissements de santé, ARS…) de satisfaire aux besoins de reporting et de pilotage de l’offre existante sur un territoire en termes de prises en charge (listes d’attentes, orientations…).

Ces gains sont difficilement quantifiables, ou valorisables en terme d’euro ou d’homme, bien que perceptibles dans le temps une fois l’usage des nouveaux outils acquis par les utilisateurs.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 18/12/2017
Source du document : H12 retravaillé par Mazars

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Mener une analyse simplifiée des gains d'un projet (Méthode).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Mener une analyse simplifiée des gains d'un projet (Méthode).

Vous êtes perdu ?