Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Avis d'experts

Usage du Dossier Pharmaceutique dans les établissements de santé

 1096 vues

Cet avis d’expert est destiné aux médecins et pharmaciens afin de les aider à identifier l’intérêt que peut recouvrir l’usage du Dossier Pharmaceutique dans un établissement de santé.

En effet, lors de sa prise en charge, le patient va bénéficier de la conciliation médicamenteuse, processus pluridisciplinaire ayant pour objectif de synthétiser les différentes données sur les médicaments qui ont été pris ou sont à prendre par le patient, afin d’optimiser sa prise en charge médicamenteuse. Cet avis présente le rôle du DP dans la recherche du traitement personnel du patient afin d’établir la prescription électronique dans la mesure où le DP est aujourd’hui la seule source d’information permettant d’avoir l’historique des dispensations en ville d’un patient.

Usage du Dossier Pharmaceutique en établissement de santé

Cet avis d'expert a été rédigé par Delphine Messaour Preve, Pharmacienne et membre du collège d'experts numérique en santé de l'ANAP.

Le Dossier Pharmaceutique (DP) est un outil professionnel d’information sur les médicaments délivrés au patient.

En s’appuyant sur quatre piliers (Disponibilité – Intégrité – Confidentialité – Traçabilité), il est un outil clé de la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse des patients.

D’abord accessible dans les officines en 2007, le DP se déploie ensuite dans les PUI en 2013 puis devient accessible aux médecins dans les établissements de santé depuis 2017.

Définition du DP

« Le Dossier Pharmaceutique recense pour chaque bénéficiaire de l’assurance maladie qui le souhaite tous les médicaments délivrés au cours des 4 derniers mois, qu’ils soient prescrits par le médecin ou conseillés par le pharmacien (21 ans pour les vaccins, 3 ans pour les médicaments biologiques) » CNOP.

Objectif du déploiement du DP dans les établissements de santé

Le DP est intéressant dans la mesure où il permet de répondre aux enjeux sanitaires actuels :

  • Le bon usage du médicament ;

  • La coordination entre les professionnels de santé ;

  • Le décloisonnement Ville-Hôpital.

Lors de sa prise en charge en ES, le patient va bénéficier de la conciliation médicamenteuse, processus pluridisciplinaire ayant pour objectif de synthétiser les différentes données sur les médicaments qui ont été pris ou sont à prendre par le patient afin d’optimiser sa prise en charge médicamenteuse.

L’historique de dispensation qu’il contient va permettre aux professionnels de santé (médecins et pharmaciens) d’optimiser cette prise en charge médicamenteuse en disposant de l’information la plus récente possible, en évitant les traitements redondants et en détectant des risques d’iatrogénie médicamenteuse.

Points forts du DP

Cet outil est potentiellement efficient et exhaustif :

  • au 31/12/2017, 99,9% des officines étaient raccordées au DP (soit 21711 officines) ;

  • Au 01/11/2018, 37 592 917 DP sont actifs

Les données sont fournies dans un format directement utilisable par les outils du circuit du médicament.

A condition que le patient ait sa carte vitale, il est un moyen d’avoir des informations récentes (son alimentation par le pharmacien est instantanée) et complète sur le traitement médicamenteux des patients.

Points faibles du DP

L’historique, limité à 4 mois, suffit pour connaître les traitements actuels des maladies chroniques (les plus gros conditionnements correspondent à trois mois de traitement), mais pas pour certains traitements occasionnels épisodiques (migraine, allergie, etc.).

Les médicaments ne sont inscrits dans le DP que si la carte vitale du patient a été utilisée dans la pharmacie, ce qui n’est pas forcément le cas pour les médicaments non prescrits ou en cas de refus du patient.

Efficience du DP

Les témoignages des utilisateurs et les évaluations réalisées démontrent l’efficience du DP dans son usage au service de la coordination, de la qualité, de la continuité des soins et la sécurité de la dispensation.

Les établissements de santé commencent à mesurer l’impact concret de l’utilisation du DP pour les patients.

Les études réalisées font ressortir deux points :

  • Les caractéristiques de disponibilité du DP ;

  • Les retombées déterminantes pour la conciliation médicamenteuse.

Exemple de la polyclinique Côte basque à Saint-Jean-de-Luz, 2015

Sur 421 patients, 17 % des patients qui prennent des médicaments omettent de notifier à l’anesthésiste certains traitements à impact clinique grave (insuline, traitement pour le cœur, anticoagulant, etc.).

Source : Dr T. Morvan, anesthésiste et DR C. Monteiro, pharmacien.

Exemple du CH Agen, 2015 – Les Annales Pharmaceutiques

Sur 15 000 patients passant aux services des urgences, le DP est pour 25 % d’entre eux la seule source d’information disponible sur le traitement médicamenteux.

Source : A. Trinh-Duc, T. Painbeni, A. Byzcko, P.A Fort, « Le dossier pharmaceutique dans un service des urgences : évaluation de son accessibilité et de son impact sur le niveau de connaissance du traitement du patient ».

Exemple du CH de Lunéville, 2015

Dans cet établissement, le taux de disponibilité constaté du DP est de 97,6 % et son exhaustivité de 91,4 %.

Source : A.Dony, T.Baum, A.Potier, S.Doerper, V.Guillaume, Y.Azizi, A.Vidal, D.Piney, E.Dufay, « Utiliser le Dossier Pharmaceutique pour concilier la capacité informationnelle du DP ».

Exemple du CH de Vienne, 2016

Sur 163 patients, 22 DP ont été créés et 62 DP étaient existants, alimentés par la PUI. Après 3 mois, 66 DP comprenaient à la fois des traitements dispensés par la ville et par l’hôpital.

Le temps moyen de création et alimentation du DP a été évalué à 5 minutes. Si DP est déjà existant, le temps d’alimentation du DP est de 2 min.

En résultat, le temps d’analyse pharmaceutique avec recours au DP est estimé entre 2 et 10 minutes.

Source : Poster JSFPF, France M., Kalfon S., Ferrier A. L., Videau M., Leromain A.S., Gadot A., Derharoutunian C., Helot-Guersing M., Jarre C., Roubille R., « Du Dossier pharmaceutique aux rétrocessions : ville et hôpital connectés ? Service Pharmacie CH Lucien Hussel Vienne ».

Hopipharm, 2018

Une étude faite sur deux mois par l’Institut Paoli-Calmettes a pour but de détecter les interactions médicamenteuses en utilisant le DP en rétrocession.

Sur 191 analyses faites, 274 interactions médicamenteuses avec le médicament rétrocédé ont été identifiées. L’analyse durait en moyenne 7 min 30 s. Beaucoup étaient connues (notamment avec la dexaméthasone) et pas cliniquement significatives. Seules 27 ont été notifiées au prescripteur, soit une intervention pharmaceutique toutes les 6 ou 7 interactions identifiées. Une seule contre-indication a été trouvée.

Source : Sarah Le Tohic Hopipharm 2018.

Le DP en établissement de santé

Sécurité des données

Le DP est stocké chez un hébergeur agréé de données de santé.

Toutes les informations échangées sont chiffrées et ne sont pas conservées dans la pharmacie.

Le DP utilise un numéro unique (NDP) calculé à partir des traits de la carte vitale. Le processus permet d’identifier les ayants droit à partir de la carte vitale de l’ouvrant-droit.

Prérequis techniques

Les prérequis techniques sont simples :

  • Un accès internet

  • Un lecteur de cartes fonctionnel correctement installé et configuré sur le poste de travail de l’utilisateur, de préférence un lecteur bifente

Le lecteur permet de lire les cartes utilisées pour la connexion au service : la carte CPS du pharmacien ou du médecin (non expirée, non révoquée) et la carte vitale du patient.

Connexion au DP

Il existe deux possibilités pour se connecter au DP :

  • accès par le système d’information hospitalier (SIH) intégré au logiciel métier. À ce jour, deux logiciels sont validés par le CNOP et compatibles DP : Pharma (éditeur : Computer Engeneering) et Genois (éditeur : SIB).

  • Accès par le logiciel FAST (fourniture d’un accès sécurisé aux traitements) fourni par le CNOP installé sur un poste informatique standard.

Accès FAST : la lecture conjointe de la carte vitale du patient et de la carte CPS de pharmacien de PUI ou du médecin permet d’avoir accès à l’édition du DP du patient.

La consultation du DP via FAST permet de disposer des informations suivantes :

  • La date et l’heure de la visualisation de l’historique ;

  • Les nom et prénom du patient ;

  • Les dispensations enregistrées dans le DP de ce patient durant les 4 derniers mois, vingt-et-un ans pour les vaccins et trois ans pour les médicaments biologiques.

Les démarches administratives

Les démarches de raccordement à une PUI sont :

  1. La PUI fait la demande auprès de la direction de l’établissement ou de la Commission Médicale de l’Établissement ;

  2. La direction donne son accord et envoie un courrier de candidature au CNOP. Elle s’accompagne de la signature d’une convention entre le CNOP et l’établissement pour assurer le respect des règles relatives aux données personnelles et formaliser les obligations financières de l’établissement envers le CNOP. Il faut compter 500 euros de mise en service puis verser une redevance annuelle, variable selon la taille de l’établissement (entre 1200 et 2400 euros) ;

  3. Commander les cartes CPS après de l’ASIP Santé, une carte par utilisateur (les pharmaciens et les médecins, par délégation les personnes habilitées travaillant sous leur responsabilité comme les préparateurs) ;

  4. La PUI reçoit un kit de démarrage : brochure destinée aux patients, guide pratique du DP et guide pratique FAST pour le service informatique ;

  5. Le service informatique reçoit le guide d’installation ;

  6. Le pharmacien de la PUI peut dès lors accéder à l’historique médicamenteux des patients via le DP.

Évolution du DP

Avec le décret du 9 mai 2017, quatre avancées majeures vont permettre d’assurer un dispositif sécurisé et plus facile d’utilisation :

  • Accès à tous les médecins exerçant en ES : 100 000 utilisateurs potentiels en plus (en cas d’urgence, cela permettra aux médecins d’avoir accès aux médicaments dispensés, notamment en anesthésie et en gériatrie).

  • Dématérialisation de la carte vitale : une fois le patient enregistré par le bureau des entrées, tout professionnel de santé ayant un accès peut le consulter directement sans la carte vitale.
    L’un des grands freins à l’utilisation du DP par les professionnels était l’obligation de manipuler la carte vitale du patient. Ce problème est en partie résolu avec la dématérialisation de la carte vitale. Au moment de l’admission ou préadmission, la carte vitale est enregistrée au niveau du bureau des admissions pendant une période de 15 jours. Les professionnels peuvent alors utiliser l’empreinte de cette carte vitale à distance pour accéder au DP grâce à la nouvelle version de FAST. Le problème se pose pour les préadmissions qui se font au-delà du délai d’enregistrement de la carte vitale (plus de 15 jours avant l’hospitalisation), le professionnel ne pourra plus consulter le DP.

  • Création de la liste d’opposition : respect du droit du patient

  • Conservation des DP inactifs au-delà des 36 mois en consultation d’information sur la vaccination

 

En conclusion

Il est incontestable que le DP est un outil professionnel permettant de renforcer la sécurité de la dispensation des médicaments.

Il fait l’unanimité auprès des professionnels de santé (médecins et pharmaciens) et patients et a su prouver son utilité et sa fiabilité.

Il a su s’imposer comme un outil spécialisé au service des pharmaciens, développé par le CNOP pour une profession qui en avait besoin pour répondre aux exigences légales et réglementaires en facilitant la traçabilité, ainsi qu’aux objectifs de qualité de la prise en charge médicamenteuse en luttant contre la iatrogénie.

Il est donc de facto un outil complémentaire au DMP, capable de l’alimenter (historique de dispensation de tous les médicaments dans les officines) et renforce ce socle commun qui devrait devenir incontournable dans le parcours de soins du patient.

De la qualité de son exhaustivité dépendent sa fiabilité et sa pérennité.

Il remplit pleinement les missions pour lesquelles il a été créé et nul doute que dans les années à venir, le CNOP renforcera le rôle du DP dans le système de santé et explorera de nouvelles fonctionnalités.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 18/10/2019

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Usage du Dossier Pharmaceutique dans les établissements de santé (Avis d'experts).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Usage du Dossier Pharmaceutique dans les établissements de santé (Avis d'experts).

Vous êtes perdu ?