Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Apport en connaissance

 1788 vues

Pour dépasser ces limites, tout en conservant un prisme économique fort, Meyer et Degoulet préconisent l’utilisation de l’approche économétrique [24]. Il s’agit d’évaluer par des outils statistiques l’impact de l’investissement en TIC sur la fonction de production. Largement démontré dans le domaine général ([24], p. 119- 120), les travaux de Meyer et Degoulet tendent à démontrer l’impact positif de l’investissement TIC sur la fonction de production des hôpitaux [26]. Outre la contribution importante en termes de méthode, ces travaux ont l’intérêt d’être basés sur des données françaises récentes (17 établissements de l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris).

Les approches micro-économiques des TIC en santé : des résultats contradictoires

Meyer, Degoulet et Omnès [26] ont appliqué une fonction de production Cobb Douglas dans laquelle le revenu (Y) est corrélé à trois entrants : le capital (K), le travail (W) et les dépenses en TI (défini comme un ensemble composé de matériel, de logiciels, de savoir, de niveau d’intégration, de support opérationnel et d’infrastructures) (T). Ils démontrent que les revenus sont positivement corrélés aux trois facteurs de production et ce dans les mêmes proportions que dans les autres secteurs d’activités. Par ailleurs, en distinguant deux groupes d’hôpitaux sur la base de leur niveau d’intégration informatique, ils démontrent une corrélation positive entre le niveau d’intégration informatique et la contribution de l’IT au revenu de l’hôpital. Ils notent également que le niveau d’intégration informatique n’est pas forcément lié à des dépenses informatiques plus élevées puisque les deux groupes d’hôpitaux présentent le même taux d’investissement en TI (11 % du capital investi).

En se basant également sur une fonction de production, Thouin, Hoffman, Ford [37] mesurent l’effet de trois variables indépendantes sur la productivité de l’hôpital. Il s’agit des dépenses informatiques, du nombre de services informatiques externalisés et de l’effectif dédié à l’informatique. L’échantillon concerne 914 groupements d’établissements de santé étudiés sur la base de leurs données 2003. Les résultats montrent que les dépenses informatiques et, dans une plus forte proportion, le nombre de services informatiques externalisés, sont associés à une augmentation de la rentabilité tandis que l’augmentation du personnel dédié à l’informatique présente un impact neutre.

Au-delà de ces deux approches, quelques auteurs ont développé une approche intégrant l’aspect organisationnel et les processus. Byungtae, Nirup [38] sur la base d’un échantillon de 83 établissements de santé américains entre 1978 et 1994, mènent une analyse enrichie du lien entre le niveau des investissements de TI, le résultat de l’entreprise et la performance organisationnelle (comprise comme l’efficacité des process). Leurs résultats montrent que le secteur hospitalier est contraint par une rationalité spécifique, des contrôles organisationnels et des forces politiques qui peuvent contraindre la sélection et la répartition optimale des entrants (ou facteurs de production). Selon eux, les hôpitaux présentant un haut niveau de technicité se caractérisent par une sur-allocation d’investissements en TI. De même, les résultats montrent que le personnel dédié au TI contribue négativement à la productivité. Par ailleurs, bien que le capital IT contribue positivement à la productivité, la contribution du capital non IT (ou capital médical) est plus élevée.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/10/2014

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre l'impact des TIC sur les établissements de santé (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre l'impact des TIC sur les établissements de santé (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?