Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Apport en connaissance

 1677 vues

La démarche la plus récente est celle préconisée par la Commission européenne. Largement documentée [22], elle a fait l’objet très récemment d’évolutions visant à renforcer sa précision, sa robustesse et permettant de la contextualiser sur les sujets de l’interopérabilité, du dossier de santé et de la prescription électronique ([14], p. 37-39). La méthode retenue est une approche coûts/bénéfi ces intégrant :

  • les coûts complets pour toutes les parties prenantes (usagers, équipes et structures de soins, tierces parties), s’agissant des coûts liés aux TIC elles-mêmes, mais aussi des coûts liés à la transformation organisationnelle. Les coûts sont également évalués tout au long du cycle de vie de fi nancement, de l’investissement aux coûts d’exploitation ([14], p. 52-53) ;
  • les gains intégrant les bénéfi ces pour toutes les parties prenantes, qu’ils soient purement fi nanciers, fi nancièrement « redéployables » ou non fi nanciers. L’ensemble de ces gains est monétarisé, afi n de permettre un calcul coûts/bénéfi ces fi nal ([14], p. 53).

La méthode, appliquée sur 10 structures de santé en 2006, montre un impact économique largement positif mesuré par un bénéfi ce net en valeurs actualisées. Les bénéfi ces nets apparaissent en moyenne à la quatrième année, les bénéfi ces cumulés lors de la cinquième année. Les principaux bénéfi ciaires sont les structures de soins (52 %), puis les usagers (43 %) ([13], p. 21-24). L’analyse des coûts et bénéfices selon les parties prenantes sera développée dans le paragraphe suivant.

Ces travaux se heurtent néanmoins à la limite méthodologique inhérente à toute étude de cas, bien que cet aspect ait fait l’objet de travaux importants pour limiter ces biais. Il faut également noter qu’ils s’inscrivent dans une volonté politique affirmée de la Commission européenne de favoriser le développement de l’économie numérique au profit des citoyens. Ces travaux et les résultats qui en découlent n’en restent pas moins très significatifs, de par l’approche très exhaustive et la rigueur de la méthode.

Les TIC en santé engendrent un gain économique net, composé d’un gain financier faible voire négatif, d’une part importante de gains économiques indirects et d’une part de gains intangibles qui n’ont pas d’impact financier mesurable. Dans cette perspective, les investissements en TIC santé doivent être considérés à l’image d’autres investissements dans les techniques médicales (médicaments, équipements biomédicaux) ([4], p. 57).

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/10/2014

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre l'impact des TIC sur les établissements de santé (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre l'impact des TIC sur les établissements de santé (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?