Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Apport en connaissance

 1782 vues

La durée du financement doit être adaptée à la durée des coûts des projets, sur l’ensemble du cycle investissement et exploitation : si les financements sont coupés avant la fin du projet, le bénéfice économique ne sera pas réalisé. Or, le gain net n’apparaît que tardivement car il est lié à l’adoption des outils par les professionnels et aux transformations organisationnelles qui en découlent. En moyenne, les gains nets apparaissent 4 ans après le début du projet et au moins 8 ans pour les dossiers patients électroniques ([4], p. 58).

Ce cycle de libération de la valeur assez long, additionné à la faible appétence des porteurs de projets à maîtriser les délais conduit à la recommandation forte de mener des projets récurrents, de petite échelle unitaire, avec une stratégie de long terme « fl exible » ([13], p. 29).

Enfin, une difficulté réelle est d’ajuster les différents temps et cycles de décision, de financement, d’implémentation sur les différentes échelles (politiques nationales, structures de santé, agences sanitaires). S’il ne s’agit pas de synchroniser parfaitement l’ensemble des cycles et des échelles de temps, une congruence suffisante doit être recherchée pour éviter un désalignement complet des projets, des financements et des objectifs ([4], p. 59).

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 16/10/2014

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre l'impact des TIC sur les établissements de santé (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Comprendre l'impact des TIC sur les établissements de santé (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?