Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Apport en connaissance

 1031 vues

Les professionnels doivent être en capacité, d’où qu’ils soient, d’accéder au SI de la coopération et dans un cadre qui garantisse la sécurité des accès et la confidentialité des données.

Plusieurs objectifs peuvent être assignés à un projet de mobilité :

  • simplification des procédures administratives : l’information est consultée et saisie sur le lieu de réalisation d’une activité et à l’aide d’un poste de travail,
  • amélioration de la qualité du service rendu : les données peuvent être consultées à la source et en temps réel,
  • augmentation de la réactivité de l’organisation : les alertes peuvent être acheminées plus rapidement, les demandes satisfaites plus vite,
  • amélioration des conditions de travail des utilisateurs, en évitant les ruptures de tâches et les déplacements inutiles.

Différentes situations types de mobilité peuvent être identifiées :

  • l’acteur est mobile et le poste de travail fixe : l’acteur se déplace ou se partage entre plusieurs postes de travail fixes dans lesquels il réalise des activités,
  • l’acteur et le poste de travail sont mobiles.

Les technologies "mobiles" comprennent différents composants :

  • le réseau mobile qui permet à un terminal mobile d’accéder au SI et de s’extraire des contraintes de lieu et de temps. L’offre de réseaux est analysée en considérant la réglementation, les normes et les produits,
  • le terminal mobile qui permet à l’acteur en situation de réaliser son activité, d’accéder au système pour consulter les informations de dossier ou les informations de connaissance, d’exécuter des fonctions à la source et en temps réel. Deux grandes catégories de terminaux sont identifiées :
    • les terminaux connectés en permanence (en présence de réseaux Wi-Fi),
    • les terminaux connectés de manière intermittente (en fonction du réseau).

Les conséquences, sur le dimensionnement du réseau, des flux induits par ces catégories de terminaux sont importantes :

  • des dispositifs spécialisés de saisie ou de restitution de l’information qui intègrent au plus près :
    • l’utilisation du terminal mobile (c’est-à-dire l’interaction entre l’acteur et le SI),
    • la réalisation de l’action. Il s’agit par exemple de lecteurs de codes-barres ou d’étiquettes RFID permettant de lire par « identification positive » les identifiants de personnes ou d’objets, mais aussi des dispositifs de saisie et de reconnaissance vocale, ou des dispositifs de saisie manuscrite. Ces dispositifs peuvent être connectés sur des terminaux fixes (lecteur codes-barres de caisse), mais ils prennent toute leur utilité quand ils sont connectés à des terminaux mobiles,
    • les accessoires qui complètent les outils de mobilité (chariots…).

La recherche de la performance pourra également consister à s’affranchir des contraintes de mobilité et à favoriser les technologies de partage et d’échange distants (visioconférences et outils de télémédecine), soutiens tout aussi importants de l’action des professionnels dans le cadre de leur activité de coopération.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 18/02/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Système d'information des coopérations territoriales-Mise en œuvre (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Système d'information des coopérations territoriales-Mise en œuvre (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?