Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Enseignements

Sommaire

 975 vues

La PDS en biologie médicale doit être considérée comme un enjeu fort d’une coopération par les ARS et les établissements. Elle est trop souvent abordée sous le seul angle de l’astreinte du biologiste médical. Une attention particulière doit aussi être portée aux coûts non médicaux.

Une exigence non perçue comme prioritaire tant au niveau des ARS que des établissements de santé

Les monographies réalisées n’ont pas mis en évidence une forte intervention des ARS sur la problématique de la permanence des soins en matière de biologie médicale, l’investissement étant davantage marqué pour les activités cliniques (urgences, réanimation, maternité, etc.). Les établissements de santé semblent ne pas considérer non plus la PDS dans le domaine de la biologie médicale comme un sujet majeur de coopération, à ce jour. L’adaptation de la réponse biologique dans le cadre de la PDS est un enjeu majeur des coopérations tant sur le plan clinique qu’économique.

Une dimension économique de la PDS insuffisamment prise en compte dans la réflexion

Dans les monographies réalisées, la préoccupation en matière de PDS est essentiellement tournée vers la question du nombre d’astreintes de biologistes médicaux. Plusieurs éléments ont été explicités permettant une astreinte unique sur un territoire :

  • une certaine homogénéité et idéalement une unicité des automates ;
  • une relation de confiance entre les biologistes d’astreinte et les techniciens sur place ;
  • et pour une validation à distance, un système informatique de gestion de laboratoire identique entre l’ensemble des membres de la coopération.

En complément, il est indispensable d’analyser les autres coûts de la permanence biologique : techniciens, automates, etc. En effet, les solutions techniques en matière de réalisation d’analyses biologiques en période nocturne ou de week-end peuvent prendre plusieurs formes :

  • le transfert de la totalité de l’activité vers un autre site ;
  • la mise en place d’automates de biologie délocalisée ;
  • la réalisation des examens sur site avec des techniciens en astreinte ;
  • la réalisation des examens sur site avec des techniciens de garde sur place.

Une évaluation approfondie des besoins cliniques, des volumes prescrits, s’appuyant sur une liste d’examens utiles en garde, conditionne la réponse technique appropriée. Elle doit permettre une réelle maîtrise des coûts de la PDS.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 04/07/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?