Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Enseignements

Sommaire

 1007 vues

Les bénéfices opérationnels multiples d’une relation cliniciens-biologistes de qualité

Les bénéfices rapportés tant par les cliniciens que par les biologistes sont :

  • le conseil, la formation, l’information ;
  • la participation aux activités transverses (CLIN, hygiène, CME…) ;
  • une meilleure gestion des urgences et des situations de crise ;
  • une anticipation dans la gestion des dysfonctionnements ;
  • une amélioration des pratiques médicales, en particulier sur la juste prescription… ;
  • un ressenti très positif et partagé d’une relation de proximité.

La valeur ajoutée de ces missions est difficile à quantifier et à mesurer objectivement, en l’absence d’indicateurs spécifiques. Toutefois, les acteurs rencontrés estiment à environ 50 % la proportion de temps qui ne serait pas directement consacrée à la production biologique.

Une relation cliniciens-biologistes diversement investie

Elle est très dépendante des situations locales et repose finalement sur la bonne volonté des acteurs en présence. Il n’y a pas de règles systématiques dans l’ensemble des établissements. Certains biologistes participent à fréquences hebdomadaire ou quotidienne aux visites ou aux staffs des services cliniques. Ils ont établi des relations étroites avec leurs collègues cliniciens.

Dans d’autres situations, ce sont les cliniciens qui viennent régulièrement au laboratoire solliciter les biologistes et interpréter ensemble les résultats. Ces échanges directs créent incontestablement un contexte de confiance favorable à la gestion des crises et au travail de fond, notamment sur la juste prescription. La demande, légitime, des cliniciens d’une présence sur place des biologistes médicaux ne doit pas, pour autant, être utilisée par les acteurs comme un frein au changement.

En effet, certaines de ces missions de conseil ne nécessitent pas systématiquement une présence sur place.

Un recours biologique à géométrie variable

Dans le cas de mise en place de plateaux techniques distants, au moins deux types de services peuvent être apportés par le biologiste au clinicien :

  • un lien de proximité ;
  • une expertise particulière, éventuellement à distance.

Pour préserver la qualité de la relation cliniciens-biologistes, les acteurs devront inventer une organisation qui permette ce lien de proximité avec les contraintes d’une organisation multisite. Cela peut passer par la participation des biologistes à des staffs médicaux, par l’organisation de commissions de prescription, par des responsabilités sur des fonctions transversales, etc.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 04/07/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?