Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Enseignements

Sommaire

 1152 vues

ORGANISATION GENERALE

Schéma de gradation des activités de biologie sur les différents sites

Une biologie de niveau 1 a été retenue sur les quatre sites afin d’assurer 24 h sur 24 et 7 j sur 7 les analyses urgentes. Pour les sites de Gourdon et Moissac, les autres analyses sont envoyées une fois par jour aux plateaux techniques de niveau 2 que sont l’HCA et l’HMTB.

Il y a donc trois axes dans cette coopération : un axe entre l’HCA et l’HMTB, initié historiquement par un désir de collaborer, un axe entre l’HGO et l’HCA d’une part et un axe entre l’HMS et l’HMTB d’autre part, imposés par les faits et les réalités démographiques en biologistes.

Sur l’axe HGO-HCA, le laboratoire de Gourdon dispose d’une équipe sur le site, assure une biologie de proximité et des missions transversales dans l’établissement. Son équipement est calqué sur celui de l’HCA. En ce qui concerne les examens de bactériologie, ils sont ensemencés et incubés à Gourdon, puis ils sont transportés le lendemain à Cahors, pour identification et antibiogramme éventuels. Son coût du B est élevé mais il bénéficie du prix de production moindre de l’HCA. Le SIL est commun entre les deux laboratoires (reliés via une liaison VPN).

Sur l’axe HMS-HMTB, le laboratoire de Moissac assure une biologie de proximité. En ce qui concerne les examens de bactériologie, ils sont ensemencés et incubés à Moissac, puis ils sont transportés le lendemain à Montauban, pour identification et antibiogramme éventuels. L’astreinte est partagée avec le laboratoire de Montauban qui est le plateau technique de référence. Son coût du B est élevé mais il bénéficie du prix de production moindre de l’HCA. Le SIL est commun entre les deux laboratoires.

Sur l’axe HMTB-HCA, la biologie de proximité pour les activités d’urgence (< 1 h) et de routine (< 3 h) est conservée dans chaque site. La biologie coûteuse et froide est partagée avec une répartition équitable en fonction des intérêts et compétences des équipes, du volume d’activité et de la charge de travail.

Précisément, le laboratoire de l’HCA réalise toutes les sérologies infectieuses et les marqueurs du diabète à une fréquence quotidienne, et l’auto-immunité, les populations lymphocytaires et la biologie moléculaire trois fois par semaine. De son côté, le laboratoire de l’HMTB traite l’hormonologie, les marqueurs tumoraux, la pharmacotoxicologie quotidiennement, l’immunochimie deux fois par semaine et les mycobactéries. Le volume échangé à ce jour entre les deux sites pivots HCA et HMTB représente environ 1 million de B dans chacun des deux sens.

L’étape suivante est le transfert fin 2012 de l’hématologie spécialisée à l’HMTB et les transferts de la bactériologie à l’HCA et de la sérologie à l’HMTB fin 2013.

PERMANENCE DES SOINS

Les sites pivots HMTB et HCA disposent chacun d’un technicien de garde sur place la nuit (21 h-7 h) et d’un biologiste en astreinte. Les laboratoires de l’HGO et de l’HMS ont mis en place une astreinte opérationnelle de techniciens, en lien respectivement avec le biologiste d’astreinte de l’HCA et de l’HMTB.

RELATIONS CLINICIENS-BIOLOGISTES

Les établissements de Cahors et Montauban ont une culture forte et ancienne des relations cliniciens-biologistes, concrétisées dans le conseil, la formation, l’information…

Afin de préserver cette qualité et pour que les évolutions organisationnelles soient transparentes pour les cliniciens, le modèle retenu est que le biologiste référent pour l’équipe médicale locale reste l’interlocuteur habituel. Par ailleurs, des biologistes experts seront désignés en fonction des spécialités au sein du réseau des laboratoires.

ACCRÉDITATION

Au niveau de l’accréditation, les laboratoires de l’HCA et de l’HMTB ont opté pour l’accréditation partielle et se font accompagner par un consultant externe. Ils disposent chacun d’un responsable d’assurance qualité. Le travail de rapprochement du système documentaire est en cours. Le principal bénéfice de la coopération sur l’accréditation sera la réduction du nombre de domaines à accréditer.

RESSOURCES HUMAINES

Le GCS n’a pas vocation à être employeur. Les personnels médicaux et non médicaux (techniciens de laboratoire, secrétaires médicales, aides de laboratoire) doivent donc rester rattachés à leur établissement d’origine et sont mis à disposition du GCS. Il n’est pas prévu que la mise en place du GCS s’accompagne d’une réduction des effectifs sur les sites. En revanche, il pourra y avoir des transferts de personnels d’une activité biologique vers une autre, notamment de la biochimie vers la microbiologie et réciproquement mais sur la base du volontariat.

L’encadrement du personnel restera propre à chaque site.

INFORMATIQUE

Sur le site de l’HCA, de l’HMTB et de l’HMS, la prescription est semi-manuelle avec un système de scannérisation pour la majorité des unités fonctionnelles. La consultation des résultats se fait par serveur informatique et les biologistes ont accès au dossier médical (DxCare pour Cahors, McKesson pour Montauban et Moissac).

Leurs SIL sont distincts : Mips/Glims pour les laboratoires de Cahors et de Gourdon et Hexalis pour ceux de Montauban et Moissac. Il existe un biologiste-référent identito-vigilant dans chaque hôpital.

Pour les demandes et les comptes rendus entre les deux sites pivots Cahors et Montauban, la connexion se fait par HPRIM Net via Antarès Enovacom.

Cette architecture illustre le fait qu’une coopération et des échanges d’analyses sont possibles même sans informatique commune. Pour l’étape suivante du transfert de la bactériologie vers l’HCA et de la sérologie et biochimie spécialisée vers l’HMTB, l’acquisition d’un SIL commun paraît cependant indispensable et est programmée pour 2013 (le choix entre celui de l’HMTB ou de l’HCA est en cours d’étude).

TRANSPORT

Le transport des prélèvements entre les unités de soins et les laboratoires s’effectue manuellement ou par des pneumatiques selon les établissements. Le transport intersite est assuré par une navette quotidienne sur chacun des trois axes HCA-HTMB, HCA-HGO et HMTB-HGO. Un marché a été passé avec une société de transport spécialisé.

ACHATS

Un groupement d’achats a été créé pour les réactifs et consommables : matériel de prélèvements, tests rapides, milieux de culture, cartes d’identification bactériologique, antibiogramme… Il inclut aussi les investissements comme les appareils de gaz du sang, un logiciel gestion de stock et gestion documentaire.

MODÈLE ÉCONOMIQUE

Sur le plan de la facturation, les établissements HCA et HMTB s’octroient mutuellement une remise de 60 %, soit un B à 0,11 €.

ASPECTS JURIDIQUES

La forme juridique est à ce jour une convention, ce qui pose des limites notamment sur le plan de la facturation, des investissements, de la gestion des personnels et du nombre de dossiers à déposer pour l’accréditation. C’est pourquoi les établissements ont décidé de donner à cette coopération la forme d’un GCS, afin de déposer un unique dossier à la Cofrac, de sécuriser juridiquement les réalités économiques. Il permettra aussi d’asseoir l’offre publique de biologie.

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 06/07/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?