Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Enseignements

Sommaire

 772 vues

GAINS ET BÉNÉFICES

Le bénéfice avéré de la coopération entre le CHBS et le CHQ est de nature stratégique et existentiel : il consiste en la poursuite de l’activité biologique et de l’existence d’un laboratoire sur le site de Quimperlé, malgré le départ des deux biologistes. La décision de maintenir localement un service de biologie, sans remplacer les personnels médicaux n’était possible qu’en mettant en place une coopération avec le voisin lorientais. Les bénéfices plus opérationnels ne sont à ce jour qu’escomptés :

  • amélioration de l’efficience médico-économique ;
  • réussite de l’accréditation ;
  • modernisation de l’équipement.

La mesure d’un impact tangible sur plusieurs points semble encore prématurée :

  • évolution globale des coûts d’activité de biologie médicale avant/après coopération ;
  • évolution de l’indicateur nombre de B/GHS (comparaison à l’ENC) ;
  • évolution des indicateurs de productivité : nombre de B par technicien, etc. ;
  • création d’un système d’information commun du laboratoire ;
  • création d’un système informatique commun de commande et de gestion des stocks.

DIFFICULTÉS RENCONTRÉES

  • La multiplicité des dossiers à conduire :

Au niveau de l’équipe de direction du CHBS, l’ouverture de deux nouveaux établissements, Scorff pour la courte durée et Kerlivo pour la gérontologie, mobilise beaucoup de ressources. Les directions opérationnelles importantes comme les achats ou la DSIO disposent d’autant moins de disponibilités pour la coopération.

Au niveau des personnels du laboratoire du CHBS, il faut à la fois préparer le déménagement, élaborer le dossier d’accréditation partielle, réfléchir à la FIHB, développer la coopération et la mise en place du GCS, tout en assurant l’activité quotidienne. Paradoxalement, cette tension crée une attente positive de l’équipe du CHBS vis-à-vis de leurs collègues du CHQ.

Au niveau du CHQ, différents dossiers de coopération sont à mener de front, notamment pour le pôle plateau technique (télé-imagerie avec le CHBS, développement du SIH de pharmacie, informatisation du circuit du médicament). Les directions supports sont également très mobilisées sur des opérations de travaux et de déménagement (reconstruction de l’EHPAD du Bois Joly – plus de 250 lits, reconstruction d’un hôpital de jour unique de psychiatrie).

  • La lourdeur administrative du GCS :

Outre la charge du fonctionnement administratif du GCS, il est en quelque sorte « hors pôle », ce qui rend le lien avec les pôles respectifs peu lisible.

  • La mise à niveau des systèmes informatiques : cf. supra 
  • La désynchronisation des dynamiques d’accréditation : cf. supra 
  • Les différences dans la gestion des ressources humaines :

Les pratiques entre les deux établissements en termes de primes, d’avancement, de mutation ne sont pas les mêmes. Sans être bloquant, ce point nécessite une certaine attention.

  • Une politique d’achats à construire : cf. supra

FACTEURS-CLÉS DE SUCCÈS

  • La perspective de pérennité de l’activité de biologie publique sur le territoire :

La construction du nouvel hôpital Scorff, avec un laboratoire modernisé équipé de chaînes d’automates, traduit l’engagement et la confiance de la direction, en même temps qu’il est un avenir commun pour les équipes de biologie. Les directeurs auront été particulièrement moteurs

  • La qualité du climat entre les acteurs :

Les relations entre les directions, les prescripteurs et les équipes du laboratoire sont perçues comme satisfaisantes et constructives. Il n’y a pas eu de fait de difficultés sociales particulières. La connaissance mutuelle des équipes des laboratoires du CHQ et du CHBS est un point d’appui déterminant.

  • L’existence d’échéances calendaires :

Le mois de janvier 2014 pour le déménagement et les dates liées à l’accréditation du laboratoire constituent des objectifs structurants.

  • La progressivité des étapes :

Le processus de coopération se sera déroulé étape après étape, avec des avancées relativement synchrones entre l’opérationnel et le juridique : départ des biologistes du CHQ, redimensionnement de l’équipe des biologistes et mutualisation des astreintes, transfert de l’immuno-hématologie, constitution du GCS, préparation des futures organisations avec échéance à mars 2013…

Cette réponse vous paraît-elle utile ?
Date de parution : 07/07/2017

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Coopérations territoriales en biologie médicale : enseignements et monographie (Enseignements).

Vous êtes perdu ?