Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Méthode ♦ Kit de productions

Utiliser le SI pour améliorer la performance des services d'imagerie

Glossaire

Le développement de l'outil informatique au sein de l'hôpital et dans les services d'imagerie participe à l'enjeu d'amélioration globale de la performance de ces unités. Dans ce sens, le Programme Hôpital Numérique (HN), mis en place par la DGOS, constitue une évolution importante par rapport aux plans d'investissements précédents. Ce programme, d'une durée de 6 ans, vise, entre autres, à conduire l'ensemble des établissements de santé vers un meilleur niveau de maturité de leur Système d'Informations Hospitaliers (SIH). Particulièrement, plusieurs cibles sont mises en avant en termes d'amélioration des processus :

  • De prescription, et notamment de sa dématérialisation, incluant la question de l'optimisation de la transmission des bons de demande internes,
  • De fourniture des résultats notamment en termes d'accessibilité,
  • De pilotage médico-économique de l'ensemble de l'activité d'imagerie.

Plusieurs questions découlent de ces objectifs :

  • Quel est le niveau d'informatisation adéquat et quels sont les investissements nécessaires pour y arriver ?
  • Comment accompagner les équipes dans le changement de pratiques ?

Ces problématiques sont d'autant plus importantes que le développement des GHT impose aux établissements de continuer à intégrer leurs pratiques et d'améliorer le niveau de communication entre eux.

Cible

  • Directeur du SIH
  • Chef de pôle
  • Cadre administratif de pôle
  • Contrôleur de gestion

Enjeux

  • Inciter les professionnels à agir pour le développement d'un SIH performant
  • Présenter les apports du site Hôpital Numérique

Indicateurs de suivi

  • Tous les indicateurs de suivi d'Hôpital Numérique sont consultables à l'adresse suivante : cliquez ici

Kit outil/ REX

Pré-requis

  • Posséder le parc informatique nécessaire
  • Organiser des formations à l'attention des utilisateurs

 Clés de la réussite

  • Implication des acteurs décideurs du service d'imagerie et des services prescripteurs
  • Partage et respect des règles de fonctionnement du SIH
  • Formation des personnels aux outils informatiques
  • Capacité d'investissement

Thèmes et fiches associés

                   

Sommaire

1. Construire un SI adapté aux besoins de l'établissement

2. Le SI au service de la demande

3. Le SI au service du pilotage

4. Le SI au service des praticiens

5. Le SI au service des coopérations

                   

Actions pour la mise en oeuvre

1. Construire un SI adapté aux besoins de l'établissement

Plusieurs niveaux d'informatisation peuvent exister dans un établissement. Le HIMSS (Healthcare Information and Management Systems Society) a proposé une classification de la maturité des systèmes d'informations sur la base de données recueillies dans des établissements aux Etats-Unis et en Europe. Ce groupe a construit le score EMRAM (pour EMR Adoption Model) qui permet de situer le niveau du SI de votre établissement, ainsi que la feuille de route de celui-ci. La classification est la suivante :

Source : HIMSS

De nombreux RIS (Systèmes d'Informations Radiologiques) proposés par des prestataires privés existent, permettant de rendre plus fluides les échanges d'informations entre les services demandeurs et le service de radiologie.

Il arrive que coexistent un système d'informations informatisé et un système papier. Dans la perspective d'une dématérialisation totale des supports de demande et de résultats, une phase de transition apparaît nécessaire. La numérisation des documents papiers reçus par l'établissement permet de centraliser toutes les informations autour du patient dans un même dossier informatisé, réduisant ainsi les risques de perte d'information pour la prise en charge. Elle nécessite de choisir une organisation adaptée selon les objectifs visés et la charge induite. L'ANAP vous propose une démarche et des outils pour analyser la cohabitation du dossier patient informatisé (DPI) et du dossier patient papier (DPP).

L'ANAP s'est penchée sur la problématique de cette transition et notamment pour organiser la dématérialisation des documents et conduire un projet d'archivage électronique.

De nombreux prestataires extérieurs peuvent vous aider dans cette démarche, l'ANAP vous conseille pour les éléments à inclure dans le cahier des charges .

Une fois ce système proposé, des procédures de contrôle peuvent être mises en place, notamment pour garantir qu'un document dématérialisé est bien le document d'origine.

2. Le SI au service de la demande

La prise en charge du patient mobilise différents types de prescriptions : médicaments, dispositifs médicaux, actes (imagerie, biologie, etc.), soins infirmiers, etc. La cohabitation de plusieurs outils de prescription présente à la fois un défaut ergonomique pour le prescripteur et un risque médical au moment de la prescription. Différentes options s'offrent à l'établissement pour contourner ces difficultés et réduire les risques associés .

De la même manière, l'un des sujets réside dans l'existence d'une multiplicité des outils de prescription. En effet, « l'unicité de l'outil de prescription facilite la cohérence dans le temps des prescriptions. Elle permet de tenir compte des interactions entre les différents spécialistes et les différents domaines de prescription (soins, examens, traitements, activités) et facilite la planification du cursus du patient et la coordination des professionnels. […] L'interopérabilité entre les logiciels constitue un des paramètres importants pour augmenter la capacité des outils à s'intégrer. » Dans le cas d'une absence d'interopérabilité, il est possible d'utiliser des « protocoles » (pour plus d'informations, cliquez ici).

3. Le SI au service du pilotage

Le Programme Hôpital Numérique a défini un nombre important d'indicateurs d'usage des cinq domaines fonctionnels prioritaires, incluant son périmètre d'application, et une spécification générique pour automatiser sa production.

Si l'entité juridique produit elle-même tous les examens subis par les patients, il lui est relativement facile de retrouver le nombre d'examens produits. Dans le cas contraire, il est possible d'utiliser la prescription ou la facturation. Plusieurs méthodes de dénombrement de la totalité des comptes rendus existent.

Pour les services demandeurs, l'un des objectifs de l'informatisation réside dans la capacité de consultation des résultats demandés sous forme électronique (pour plus d'informations, cliquez ici et cliquez ici).

En lien avec le développement du SIH, vous pouvez également suivre le taux de séjours disposant de demandes d'examens d'imagerie et d'explorations fonctionnelles informatisées ou le taux d'examens de plateaux d'imagerie scanner, IRM imagerie lourde et explorations fonctionnelles planifiées à l'aide d‘un outil de planification / programmation.

4. Le SI au service des praticiens

Au préalable, il est également nécessaire que les professionnels adhèrent au dispositif de prescription électronique et en comprennent donc les intérêts. Plusieurs incitations sont proposés.

Dans le cadre d'une activité multi-sites ou de la PDS, les professionnels de santé sont amenés à utiliser le SIH depuis l'extérieur. Il est donc nécessaire de prendre en compte les enjeux en termes de sécurité et d'équipement (pour plus d'informations, cliquez ici).

Un certain nombre d'examens biologiques, d'imagerie et d'anapathologie sont réalisés à l'extérieur de l'établissement par différentes structures. Si l'utilisation du DMP pour intégrer ces résultats dans le dossier du patient n'est pas possible, il existe différents moyens d'intégrer ces données dans le SIH. Outre les problèmes techniques, cette intégration pose des problèmes d'identification, de sécurité, et de possibilité de réutilisation des données. Deux situations se présentent : accéder à une image ou un résultat produit et accéder à l'historique des images et résultats pour un patient donné. Pour faciliter le travail de ces professionnels, il peut être intéressant de limiter le nombre d'identifications nécessaires pour accéder aux résultats.

5. Le SI au service des coopérations

Dans le cadre du développement des coopérations, et particulièrement des GHT, la conception d'un outil informatique intégré devient un enjeu crucial de communication entre les établissements. Dans le cadre de l'imagerie, le PACS (Picture Archiving and Communication System) ou Système d'Archivage et de Transmission d'Images. L'ANAP met à votre disposition une méthodologie pour conduire un projet de PACS mutualisés.

Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Utiliser le SI pour améliorer la performance des services d'imagerie (Méthode ♦ Kit de productions) qui traite de Conduire le changement, Interfaces, Stratégie et territoire, Contrôleur de gestion, Définir l'organisation, Mettre en œuvre, Directeur des systèmes d'information, Gouvernance et pilotage, Secrétariats, Cadre administratif du pôle médicotechnique, Chef du pôle médicotechnique.

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Utiliser le SI pour améliorer la performance des services d'imagerie (Méthode ♦ Kit de productions) qui traite de Conduire le changement, Interfaces, Stratégie et territoire, Contrôleur de gestion, Définir l'organisation, Mettre en œuvre, Directeur des systèmes d'information, Gouvernance et pilotage, Secrétariats, Cadre administratif du pôle médicotechnique, Chef du pôle médicotechnique.

Vous êtes perdu ?