Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Glossaire

CH
Autres ressources sur : , Responsabilité Sociétale

Créer une filière papier / carton

 

 Mise en oeuvre

Hôpital Léopold-Bellan 

CH de Saint-Malo

CH Public du Cotentin

Clinique Saint François

GH Cochin Saint-Vincent de Paul

CHS Montperrin

 Domaine d’application     création de filières
 Indicateurs de suivi

taux d’équipement des services

nb de formations / informations

existence de tournées papier

pertinence du tri

 Indicateurs de résultat  tonnage ou volume de papier/ carton valorisé

Objectifs et résumé de l’action

L’objectif de cette action est de valoriser les papiers et le carton en organisant une nouvelle filière à l’échelle de l’établissement. La valorisation du papier / carton relève d’une démarche citoyenne partagée par une grande majorité du personnel. Pour optimiser la récupération des papiers, le tri à la source dans les établissements est nécessaire, en particulier la séparation des déchets de bureau et des cartons d’emballage du reste des OM. Ces déchets peuvent ensuite être valorisés à l’instar de ce qui est déjà fait pour les particuliers pratiquant le tri sélectif. L’établissement doit alors veiller au traitement des documents confidentiels.

Lors de l’enlèvement, papiers et cartons constituent en général une seule filière, mais les origines sont différentes (bureaux pour le papier, secteurs logistiques pour les cartons). Dans certains établissements, les volumes justifient la création de deux filières différentes, l’une pour le carton, l’autre pour le papier.

La mise en place de cette filière passe par une intense campagne d’information, un choix judicieux de matériel ergonomique placé au plus près des producteurs. Un prestataire d’enlèvement doit être sélectionné. Il propose parfois des solutions pour l’équipement interne (affiches, collecteurs…). Le bilan économique de cette filière est très dépendant de la nature des contrats avec les prestataires.

Mise en oeuvre

La mise en place de cette filière répond notamment à la demande du personnel sensible au développement durable.

Communication interne

Le succès de la création d’une filière papier repose essentiellement sur l’implication des producteurs à la source. Bien souvent le tri du papier et des emballages en général est déjà pratiqué à domicile par le personnel par conséquent volontaire pour reproduire cette démarche dans le cadre professionnel. L’action de communication consiste donc à faire connaître l’existence de la filière au sein de l’établissement ainsi que la procédure à suivre. Les efforts de communication se sont essentiellement concentrés sur les activités de bureau qui en produisent le plus grand nombre et pour lesquelles les producteurs sont diffus. Ils peuvent prendre les formes suivantes :

 

  • passage dans les bureaux pour expliquer de vive voix la mise en place de la filière ;
  • distribution d’une fiche explicative (fournie par le prestataire) permettant de bien distinguer ce qui relève de la filière papier,
  • mise en place d’affiches résumant la procédure ;
  • distribution de réceptacles qui en plus de recueillir le papier sont également d’excellents supports de communication (photos ci-dessous).

D’une manière générale les supports de communication peuvent être fournis par les prestataires habitués à ce type d’action lors de la mise en place de filières papier.

Concernant le carton, la communication doit essentiellement s’orienter vers les secteurs logistiques qui sont les plus gros producteurs (magasin, pharmacie, cuisine, services techniques…). Le carton issu des services de soins représente un volume plus faible. Pour son acheminement, il est possible de le mélanger au papier, ou de placer les cartons au-dessus des conteneurs OM, ce qui permet de les trier dans le local de stockage central.

Organisation de tests - exemple sur la filière papier

La mise en place d’une filière papier peut également passer par la réalisation de tests. Ces derniers permettent de mieux cibler les besoins de l’établissement, de choisir le prestataire adéquat et d’évaluer le volume de papier valorisable. Dans le cas d’un établissement, les tests ont été réalisés sur une durée de 10 jours dans les services administratifs de l’hôpital, gros consommateurs de papier. Ces tests ont eu un fort succès auprès du personnel qui a joué le jeu, les résultats sont les suivants :

 

 

  • 28,5 kg collectés sur 10 bureaux pendant 10 jours. Soit potentiellement 7,7 tonnes par an pour tout l’hôpital.
  • des contenants très fragiles qui se déchirent facilement.
  • une variété des contenus autorisés relativement restreinte, avec impossibilité de mettre des enveloppes à fenêtre en plastique ou des journaux.

  • 22kg collectés sur 10 bureaux pendant 10 jours. Soit potentiellement 6 tonnes par an pour tout l’hôpital.
  • variété des contenus autorisés (voir ci-dessous).
  • contenant plus grand et plus résistant, mais d’un coût plus élevé que le conteneur du premier test (2,5 € la corbeille).

Résultat

Le choix s’est finalement porté sur le second conteneur testé en raison de la plus grande variété de contenus autorisés. Mais, en ce qui concerne les contenants, l’établissement a préféré investir dans des poubelles « doubles fentes » (une pour les DAOM et une pour le papier) dont l’achat serait amorti en 1 mois par rapport aux contenants à 2,5 € l’unité. Le papier est collecté en même temps que les DAOM.

Respect de la confidentialité

Un certain nombre de documents valorisables présentent des informations confidentielles sur les patients ou le personnel. Il est donc nécessaire de s’assurer du respect de la confidentialité lors de la mise en place de la filière. Plusieurs solutions sont possibles :

  • le broyage à la source des documents par l’installation de broyeurs à proximité des producteurs. Ces appareils sont de différentes tailles (et de différents prix) selon le volume de papier à traiter. Ils peuvent être placés soit directement dans les bureaux, ce qui implique un grand nombre de broyeurs mais de taille réduite, soit au niveau de l’étage (à côté de la photocopieuse par exemple), ce qui implique un broyeur plus grand et des déplacements supplémentaires pour le personnel.

La question du bruit de ces broyeurs doit être prise en compte dans le choix des équipements si l’on veut qu’ils soient utilisés sans réticence.

  • Le broyage centralisé souvent situé au niveau du local de stockage des déchets. Le broyeur doit avoir une taille suffisante pour éviter de trop nombreuses manipulations. Attention, cette manière de procéder implique soit le broyage de tout le papier (même non confidentiel) soit la mise en place d’une filière « papier confidentiel ».
  • Le respect de la confidentialité peut également être assuré par le prestataire qui s’engage alors à sécuriser le circuit jusqu’à la destruction des documents.

Les expériences observées ici ne permettent pas de définir quelle est la « meilleure » stratégie pour le circuit du papier confidentiel. Que le broyage se fasse à la source ou de manière centralisée, les facteurs clés de succès semblent les mêmes (formation et information des producteurs, matériel identifié, ergonomique et à proximité des lieux de production, modalités de collecte bien définies…).

En revanche, l’expérience prouve que le passage d’une organisation à l’autre, quel que soit le sens, a été une bonne occasion pour les établissements de redéfinir un circuit performant.

Prestataires d’enlèvement

En plus des prestataires « classiques » d’enlèvement des déchets, il est possible de faire appel à une association caritative pour l’enlèvement et la revente du papier. On ne bénéficie pas, dans ce cas, de l’aide du prestataire pour le matériel et les formations. C’est néanmoins le choix qui a été fait par le Centre Hospitalier du Cotentin.

Bilan économique

Le bilan économique est complexe car il dépend de plusieurs facteurs :

  • le coût d’équipement de l’ensemble des services concernés (achat, location, mise à disposition par le prestataire…) ;
  • le coût humain éventuel, notamment si une tournée de collecte spécifique doit être ajoutée aux tournées existantes.Les établissements accompagnés ont tous souhaité réorganiser leurs tournées à effectif constant ;
  • le coût de l’enlèvement final par le prestataire, qui est composé du coût du transport, et compensé par le prix de valorisation du papier. Le prix du papier étant fluctuant, la valeur de rachat peut couvrir ou non le coût de transport ;
  • l’économie éventuelle sur le contrat d’enlèvement des OM en raison de la diminution du poids. Selon la nature du contrat, cette économie peut exister ou non (contrat au poids, forfaitaire ou autres).

La mise en place de cette filière peut représenter des économies qui se chiffrent en dizaines de K€ pour de grands établissements. Toutefois, il n’est pas toujours économiquement rentable de mettre en place cette filière dans les petits établissements ou lorsque les DAOM sont traités sur une base forfaitaire, comme on l’a déjà vu.

Le fait d’associer le carton pour créer une filière unique papier / carton peut alors contribuer à améliorer le bilan économique. Pour un autre établissement, la solution choisie a consisté à rassembler dans une même filière les papiers confidentiels et ceux non confidentiels, l’ensemble faisant l’objet d’un broyage centralisé dans l’établissement par le prestataire avant enlèvement.

Résultats

Évaluation quantitative

  • Réduction du poids des DAOM de l’ordre de 10 %
  • Accroissement de la part de déchets recyclés
  • Impact économique sur le coût des déchets

Évaluation qualitative

  • Satisfaction des professionnels
  • Engagement dans une politique de développement durable

Facteurs clés de succès / Points de vigilance

  • Communication interne
  • Organisation de tests
  • Sélection du prestataire
  • Formalisation de la filière (rédaction d’une procédure)
  • Respect de la confidentialité

Pour aller plus loin

La filière papier / carton est assez naturellement la première filière « citoyenne » à créer dans un établissement. Elle est connue des professionnels, et se met en place sans résistance majeure. C’est une première étape dans une politique globale de valorisation des déchets.

Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Organisation de la gestion des déchets (Enseignements ♦ Kit de productions).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Organisation de la gestion des déchets (Enseignements ♦ Kit de productions).

Vous êtes perdu ?