Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Autres ressources sur : , Responsabilité Sociétale

Créer une filière bouteilles plastiques

 Mise en oeuvre    Clinique Saint François
 Domaine d’application  création de filières
 Indicateurs de suivi  tonnages collectés
 Indicateurs de résultat     coût financier et tonnages recyclés

Objectifs et résumé de l’action

La clinique consomme un nombre important de bouteilles d’eau minérale, qui servent à la fois aux patients et au personnel, en raison d’un adoucisseur d’eau situé sur le raccordement à l’arrivée d’eau froide et qui rend celle-ci impropre à la consommation.

Ces bouteilles posent un triple problème :

  • de volume, lorsque jetées non-compactées dans les sacs et GRV de DAOM ;
  • de poids, un grand nombre d’entre elles étant jetées avec encore de l’eau à l’intérieur (sortie de patient, bouteille orpheline…) ;
  • de recyclage, puisque celles-ci étaient jetées avec les DAOM.

Mise en oeuvre

  • La collecte des bouteilles à jeter est assurée par l’équipe de nettoyage, qui vide et compacte manuellement les bouteilles dans les étages.
  • Les bouteilles sont ensuite transférées dans deux GRV dédiés, situés dans la cour de la clinique par les équipes de ménage.
  • Ces GRV sont collectés hebdomadairement, tous les mardis matin, par le syndicat intercommunal en charge des OM.

Résultats

évaluation quantitative
  • La production ainsi collectée devrait être de l’ordre de 30 000 bouteilles par an (quantité achetée).
  • La collecte hebdomadaire représente un peu plus de 1,5 GRV de 660 litres par semaine soit un volume de 1 000 litres / semaine.
Évaluation qualitative

La mise en oeuvre a un impact important sur les esprits car le tri sélectif des bouteilles plastiques est usuel dans les foyers. Son absence à la clinique semblait surprenante pour les équipes.

Facteurs clés de succès / Points de vigilance

Le compactage des bouteilles a pour effet de limiter le volume final des déchets. Néanmoins, s’agissant d’un compactage manuel, et compte tenu du stockage en vrac, le volume annuel final à prévoir (de l’ordre de 50 000 litres) est proche du volume initial du contenant (de l’ordre de 45 000 litres / an) mais il est possible que des bouteilles d’autres eaux minérales ou sodas soient aussi importées de l’extérieur et viennent grossir le volume des bouteilles fournies par la clinique.

Pour aller plus loin

Commentaires des professionnels et / ou avis des consultants

« Avec une hypothèse de bouteilles encore pleines au tiers de leur capacité, et au coût moyen d’élimination des DAOM, l’élimination des bouteilles plastiques représentait un budget de l’ordre de 5 % du coût total d’élimination des déchets de l’établissement. La mise en place de cette filière a demandé l’acquisition de deux GRV (480 €). La place pour le stockage de ces deux GRV était disponible dans la cour arrière.»

« Cette filière de tri a pu se mettre en place facilement en raison de la mobilisation des équipes de la clinique et des prestataires.»

« Cette solution n’est pas la seule possible pour résoudre la question des bouteilles d’eau minérale. Un autre établissement a choisi de résoudre la question de l’élimination des bouteilles plastiques en mettant en place des carafes en verre, remplies à partir de fontaines à eau.»

Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Organisation de la gestion des déchets (Enseignements ♦ Kit de productions).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Organisation de la gestion des déchets (Enseignements ♦ Kit de productions).

Vous êtes perdu ?