Pour les durées de prescriptions médicales, qui utilise les jours calendaires et dans quel but ?

Documents

Messages

Par Christian Bonnet le 31/07/2020 à 12:44

Bonjour,

Je suis en discussion avec NETSoins pour initier un changement de paramétrage des durées de prescription, des durées en jours calendaires vers des durées en jours de 24h.

Quelle serait la justification de prescrire en jours calendaires ?

Pour explication si besoin était :

Le praticien prescrit le 01/07 à 10h AMOXICILLINE 1gr matin (8h) et soir (19h) 6 jours.

Netsoins inscrit J1 001 J2 101 J3 101 J4 101 J5 101 J6 100 = 10 prises !

Si je bascule en nombre de prise : 12 prises génèrera une ordonnance de 7 jours !

Des solutions existent pour changer les heures de début et de fin, mais aucune ne permet une congruence entre plan de soins et fiche de production de la pharmacie ...

Sauf si je note toutes les prises jour après jour de J1 001 à J7 100 ... ce quio est lourd !

merci si quelqu'un a un éclairage à me donner

Dr C Bonnet

Par Francois Dufossez le 13/11/2020 à 15:21 Animateur de groupes

Bonjour

j'ai eu un peu de mal à comprendre la situation, car au sein du GHT nous avons des pharmacies sous PHARMA qui récupère les prescriptions des DPI (Crossway, Millenium , Osiris, Infusion) et nous ne rencontrons pas les limites que vous décrivez, me semble t'il.

L'outil de prescription est NETsoins (que je ne connais pas), mais je ne vois pas l'outil de pharmacie, j'en déduis que vous n'en avez pas ?

si on prescrit de l'amoxycilline ou un autre traitement , vous avez le choix des posologies, des heures proposées d'administration (c'est la validation qui posera l'heure réelle), du nombre de fractionnement, de le rendre "facultatif" ou "obligatoire", de le mettre en continu, et de mettre une date heure de fin ou de réévaluation.

Est ce la cas ? car vous ne proposez qu'un exemple ?

Pour ma part je vous propose (à titre d'illustration de ce que nous avons sur un de nos sites )une prescription en moyen séjour qui cumule des heures, des traitements facultatifs, des délais long de prescription et une vision de prescription et une vision du soignant sur la pancarte pour validation.

Est ce que cela ressemble à votre situation ?

Votre souci semble à la récupération de la prescription par la Pharmacie J1 101 J2 101 etc ?

car je ne comprends pas vraiment la problématique du terme  "calendaire" est ce le souci de prescription qui est limité, la vision sur le plan de soin, ou la récupération et le conditionnement en pharmacie ?

Bien cordialement

 

exemple sur Crossway vision prescription, vision soignant validation administration.pdf Déposé par Francois Dufossez le 13/11/2020 à 15:21
Par Christian Bonnet le 04/02/2021 à 15:29

Bonjour et merci de votre attention.

Pour comprendre le problème je vous invite à suivre une prescription simple depuis la voix du prescripteur jusqu'à la bouche du patient :

lundi 1/2/21 10:12 Que dit le prescripteur ? Il dit j'ai examiné M Untel, j'ai prescrit des prélèvements ... et je lui prescris Amoxicilline 1 comprimé matin et soir 3 jours, et je viendrai après 3 jours de traitement pour une réévaluation de cette prescription.

jeudi 4/2/21 10:12 Quelles sont les situations qui peuvent se présenter et quelle est celle qui correspond rééllement à la prescription ? :

1) Sans intervention de paramétrage, le module de prescription n'a rien bloqué ni demandé et la prescription s'entendra ainsi sur netsoins :

J1 001 J2 101 J3 100 soit 3 jours calendaires avec début de prescription à 10:12 le J1 et fin de prescription J3 10:12 total 4 prises

2) Gràce au paramétrage que j'ai obtenu après moultes demandes de ma part, je peux demandé de confirmer la date de fin et de préciser l'horaire de fin. Ainsi en saisisant 19:00 comme heure de fin, j'aurai J1 001 J2 101 J3 101 et ainsi récupéré une prise de plus soit 5 prises. Mais le compte n'y est toujours pas car jeudi matin J4 à 8:00 il n'y aura rien dans le pilulier !

3) Agacé je cherche un autre mode de saisie ... ok Netsoins permets de prescrire en nombre de prise au lieu du nb de jour, chic je demande au prescripteur de saisir 6 prises ... parfait ! Mais j'imprime à tout hasard l'ordonnance et surprise ... l'ordonnance sort pour Amoxicilline matin et soir 4 jours ! (et oui il faut 4 jours calendaires pour faire 3 journées complètes d'un traitement qui démarre en milieu de journée !)

Voila on a fait le tour, sur NetSoins l'ordonnance du médecin, le plan de soin infirmier et le pilulier de la pharmacie ne peuvent pas être du même avis !!!

(Rq nous sommes en ehpad sans PUI et le pharacien utilise Robotik mais il n'y a pas de flux informatique entre les 2 logiciels)

Cordialement

Dr C Bonnet

 

 

Par Philippe MANET le 11/02/2021 à 13:40 Animateur de groupes
en fait, aucune solution fixe n'est entièrement satisfaisante. Tout va dépendre du moment exact de la prescription, de l'existence de stock local,de la possibilité de délivrance par la pharmacie, de l'heure de la tournée des infirmières, et de l'urgence de la prescription... L'important est que le prescripteur connaisse les outils (y compris le plan de soin et le lien avec la pharmacie)l, et qu'il obtienne (et consulte systématiquement) un aperçu de ce qui sera réellement mis en oeuvre. Il faut qu'il puisse intervenir pour déplacer ou anticiper une délivrance, y compris en dehors d'une tournée standardisée. Très souvent, cela nécessite des contacts personnels directs avec les acteurs. L'informatique ne va pas tout régler, et ne va pas dispenser l'établissement de mettre en place les processus ci-dessus. Il faut avoir conscience de ces problème avant même la mise en place des logiciels, je dirais lors de la procédure de choix et d'appel d'offre ; un bon nombre d'erreurs médicamenteuses sont liées à ces problèmes d'articulation et de timing.
Par Christian Bonnet le 12/02/2021 à 10:27

Oui je comprends la remarque qui concerne la vigilance sur les outils que l'on utilise mais quand le choix du logiciel est fait (et le médecin co n'est que rarement consulté pour ce choix) on peut se poser quelques questions :

Commment donner du poids à une remontée d'utilisateur-prescripteur qui n'apparait pas fondammentale au service client, ni même à l'équipe de programmation, malgré des erreurs récurrentes que l'on peut attribuer aux choix de programmation ?

Comment les professionnels prescripteurs peuvent-ils sortir de la dépendance à une SSII qui a déjà vendu son produit et dont le cahier des charges est trop peu exigeant sur la sécurité des prescriptions ?

Comment faire avancer les interopérabilités entre systèmes prenant en charge les prescriptions médicales ?

Je ne suis pas loin de penser que les prescripteurs (et leurs directeurs et ... qui veut vraiment faire avancer les choses) devraient susciter la génération d'un outil de prescription professionnel qui deviendrait commun par son interopérabilité avec tous les systèmes de gestion d'ESMS. En effet je me mets à la place des médecins traitants qui doivent gérer plusieurs maisons de retraite avec des logiciels différents et ils ont souvent un logiciel encore différent à leur cabinet ... Tous les systèmes numériques qui ont le vent en poupe développent des outils d'interopérabilité qui deviennet peu à peu transparents pour l'utilisateur. L'avenir des DUI et des DMP est bien là ! Au lieu d'administrer du haut vers le bas, il me semblerait plus pertinent de faire l'inverse et de partir d'outils professionnels dédiés qui vont interopérer avec une base de données administrée ...

Anonyme
Glissez-déposez une pièce jointe à la discussion