Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Ressources associées

Personne ressource

Elise MORICHON

Personne ressource

Etienne MAUGET

Personne ressource

Gilles HERENGT

Le projet de prise en charge des AVC par télémédecine va conduire à faire travailler ensemble plusieurs établissements de santé qui pouvaient avoir jusqu’alors des processus de prise en charge différents selon leur contexte.

Par conséquent, il est nécessaire en tout premier lieu de parvenir à un consensus sur le processus de prise en charge des patients atteints d’AVC, indépendamment des lieux, des acteurs et des actes de télémédecine.

Objectif

L’objectif de cette première étape est de vérifier que l’enchaînement des étapes de prise en charge des suspicions d’AVC est bien partagé par tous les établissements concernés.

Le processus décrit dans le présent document peut constituer un support de travail pour le partage d’une vision commune entre les établissements concernés.

Démarche

Il est nécessaire :

  • d’identifier les établissements concernés par le projet,
  • de collecter la documentation existante sur les macro-processus de ces établissements afin de mesurer les éventuels écarts entre les différentes pratiques,
  • d’organiser des moments de partage pour parvenir à un consensus sur un macro-processus de prise en charge des suspicions d’AVC.

Délimiter le périmètre d’établissements concernés

Le projet de télémédecine est engagé sur un périmètre déterminé sur lequel il convient d’identifier les établissements de santé susceptibles de participer à la prise en charge des suspicions d’AVC.

Le processus doit être partagé par l’ensemble des acteurs participant à la prise en charge, sur l’ensemble de la filière. Il peut s’agir notamment des entités suivantes :

  • centre 15,
  • unités neurovasculaires (UNV),
  • services d’accueil des urgences (SAU),
  • structures de radiologie,
  • laboratoires de biologie médicale,
  • structures de soins de suite et de réadaptation (SSR).

Analyser les pratiques existantes pour Évaluer les Écarts

Avant de pouvoir parvenir à un consensus sur un macro-processus partagé, il est utile d’identifier les différences existantes dans les processus actuels des établissements concernés par le projet.

Pour effectuer cette analyse d’écarts, les acteurs peuvent s’appuyer sur le processus formalisé par l’ANAP présenté ci-après et notamment observer des activités supplémentaires ou absentes des activités qui s’enchaînent différemment. Au-delà de leur identification, il est important que les acteurs puissent s’interroger sur les éléments organisationnels qui peuvent expliquer ces différences et si elles présentent un risque en termes de coordination entre les acteurs.

Établir un consensus sur le macro-processus

L’analyse des différents processus mis en œuvre conduit à converger vers un macro-processus commun de prise en charge des suspicions d’AVC. Ce macro-processus doit être validé par l’ensemble des établissements concernés par le projet de télé-médecine car il correspond au socle à partir duquel sont définis les protocoles et les procédures à utiliser.

L’objectif est donc de parvenir à un consensus sur 2 aspects :

  • l’identification des différentes activités du macro-processus,
  • l’enchaînement de ces activités.

Résultat

Il est possible de représenter de manière visuelle ce macro- processus (cf schéma ci-après).

Figure 14 - Présentation du modèle de processus en quatre phases

Précaution de lecture : chaque étape a été numérotée pour faciliter son identification dans les explications associées mais cette numérotation ne doit pas être considérée comme l’enchaînement chronologique des étapes. En effet, le schéma décrit certes des étapes successives (par exemple les étapes 1.1 et 1.2), mais également des étapes concomitantes (par exemple les étapes 2.4, 2.5 et 2.6), et enfin des étapes alternatives (par exemple les étapes 3.5, 3.6 ou 3.7). Cette formalisation du processus ne fait pas apparaître les délais de réalisation des étapes, étant entendu que l’objectif est de prendre en charge le patient dans la phase aiguë le plus rapidement possible. Le suivi des délais intermédiaires est traité dans la fiche « Pilotage et Gestion de projet ».

Modèle de processus

Afin d’outiller la démarche pour les porteurs de projet, l’ANAP a établi avec les régions pilotes un modèle de processus qui comprend 4 phases qui suivent la prise en charge du patient de la phase amont à la phase aval.

  • la 1re phase « Organiser la phase amont de prise en charge » correspond à l’orientation du patient faisant l’objet d’une suspicion d’AVC vers l’établissement compétent le plus proche du lieu où il se trouve. L’appel au centre 15 qui va procéder à l’orientation vers un établissement constitue un élément essentiel d’une prise en charge adéquate et rapide du patient,
  • les 2e et 3e phases « Prendre en charge le patient en urgence » et « Établir un diagnostic partagé & Mettre en œuvre le protocole de prise en charge » correspondent à la phase aiguë de prise en charge du patient. Le facteur temps est fondamental dans ces phases. Dès lors, il s’agit de dérouler de manière optimale le processus avec tous les éléments nécessaires à la prise de décision thérapeutique,
  • la 4e phase « Suivre le patient » correspond à la phase aval de prise en charge du patient et a pour objectif le suivi du patient sur le long terme.

Ces 4 phases du macro-processus peuvent être déclinées en étapes.

 

 

Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à La télémédecine en action : prise en charge de l'AVC - Support d'aide au déploiement régional (Méthode).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à La télémédecine en action : prise en charge de l'AVC - Support d'aide au déploiement régional (Méthode).

Vous êtes perdu ?