Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Glossaire

Autres ressources sur : , Parcours

Ce qui ressort des interviews c’est que l’usage du DMP devrait intervenir lors d’un premier contact avec un nouveau patient ou à son entrée aux urgences, lors de la consultation d’anesthésie et en gériatrie.

Le Dossier de Liaison Urgences (DLU)

L’intérêt du DMP pour les EHPAD et les services d’Urgences serait de compléter et mettre à disposition le DLU dans le DMP. Aujourd’hui, l’alimentation du DLU via le site dmp.fr est gérée manuellement dans la plupart des logiciels en place. Plus rarement, les éditeurs mettent à disposition une fonction d’alimentation automatique.

Le CHU de Toulouse prévoit, en 2019, un accès au DMP pour les médecins des urgences avec le déploiement de lecteurs de cartes CPS. Cela a séduit également les urgences de la clinique Ambroise Paré à Toulouse.

Le bilan de médication pour les plus de 65 ans

Les pharmaciens du CHU en lien avec les officines de ville ont créé le « Réseau d’Enseignement et d’Innovation en Pharmacie d’Officine » (REIPO). L’un des projets consiste à partager le bilan médicamenteux. La CPAM s’appuie sur le directeur des pharmaciens du CHU pour contacter ces pharmaciens en priorité.

Dans ce cadre, le service de gériatrie du CHU a prévu une création systématique du DMP pour les patients âgés de plus de 65 ans. Les pharmaciens du CHU alimenteront le traitement des patients et les bilans de médication. Les patients sortiront de ces services gériatriques avec un DMP complété.

Le recueil du traitement habituel du patient

Les anesthésistes du CHU de Toulouse sont convaincus d’utiliser l’accès aux remboursements de médicaments. Cependant, à ce jour, il faudrait installer des lecteurs CPS et vérifier que tous les médecins sont détenteurs de leur carte CPS et des codes. L’ergonomie d’accès au DMP peut aussi freiner cette initiative.

En ville

Les CIS de la CPAM rencontrent les spécialistes des cliniques privées pour un usage en cabinet de ville. Les logiciels restent un frein, en termes de coût, d’ergonomie et de fonctionnalités. De plus, les professionnels de santé de ville montrent peu d’intérêt pour le DMP. À titre d’exemple, mille deux cents d’entre eux ont été invités à une réunion d’information : seulement dix médecins ont répondu. À noter que seuls deux médecins réalisent des créations de DMP. Tout le travail de promotion et de développement doit continuer pour réussir à convaincre les professionnels de ville. Les logiciels des cabinets de ville sont vraiment le premier frein.

Les infirmiers

Une centaine d’infirmiers font partie de l’expérimentation du Bilan de Soins Infirmiers (BSI) et seraient moteurs pour alimenter le DMP.

Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Le DMP en établissement de santé - Retours d'expérience (Retour d'expérience, témoignage).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Le DMP en établissement de santé - Retours d'expérience (Retour d'expérience, témoignage).

Vous êtes perdu ?