Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Description générale de l’indicateur

Applicabilité MCO SSR Psy HAD Centres de dialyse ES sans PT ES sans ACE NA
  X X X X X X X ES pour lesquels aucun patient n’a de DMP pendant la période écoulée
  Les médecins, dans le cadre de leur activité libérale au sein des cliniques privées, sont hors champ pour le calcul de cet indicateur.              
Thématique Contenu
1. Objectifs L’indicateur valorise la capacité de l’établissement à partager des informations avec son écosystème et la maturité des acteurs matérialisés par la formalisation d’une liste de documents à partager par la CME de l’établissement.
2. Définition

Taux de séjours pour lesquels le DMP a été alimenté d’un des documents validés par la CME.

Chaque établissement décrit la liste des types de documents qui fera l’objet d’une alimentation automatisée dans le DMP de ses patients (par exemple : courriers, comptes-rendus de consultation, lettre de liaison de sortie, CR opératoires, CR d’examens (imagerie, biologie) et traitements de sortie des patients). Cette liste est établie par la CME.

3. Déclinaison à l’échelle GHT

Le taux est calculé par établissement.

L’établissement support s’assure que cet indicateur est atteint par chaque établissement partie au GHT.

4. Valeur cible Pour 98% des séjours, le DMP a été alimenté d’un des documents validés par la CME.
5. Évolution par rapport à Hôpital Numérique

Dans le programme Hôpital Numérique, il était attendu que DPI permette de manière directe ou indirecte la création et l’alimentation du DMP. Dans le programme HOP’EN, le périmètre de l’indicateur concerne uniquement l’alimentation du DMP.

Dans le programme Hôpital Numérique, il était indiqué que le DMP devait être alimenté par les comptes-rendus d’hospitalisation. Dans le programme HOP’EN, il est stipulé que la CME de l’établissement décide de la liste des types de documents qui viendront alimenter automatiquement les DMP des patients qui en possédaient un, à l’admission.

6. Modalités de calcul (Nombre de séjours pour les patients disposant d’un DMP à leur admission et comportant des documents de la liste validée par la CME envoyés au DMP/ Nombre de séjours pour des patients disposant d’un DMP à leur admission)*100.
7. Période 3 mois révolus
8. Fréquence Semestrielle

Description détaillée de l’indicateur

Les données de la CNAM serviront de base d’évaluation pour mesurer l’atteinte de cette cible d’usage. Pour autant, les structures trouveront un bénéfice à recueillir en interne cet indicateur : en effet, au-delà de la finalité de contrôle, l’indicateur permet de piloter sur la durée le développement des usages et en conséquence réaliser, si nécessaire, les actions d’ajustement pour l’obtention du résultat final. C’est donc dans cet objectif de pilotage par l’usage que l’ANAP propose une méthode de calcul de l’indicateur D2.2 depuis le SIH.

Thématique Contenu
1. Périmètre de l’indicateur Cet indicateur concerne tous les séjours des patients disposant d’un DMP à leur admission, quel que soit le mode de connexion de l’établissement au DMP (DPI ou composant tiers).  
2. Méthode de calcul

L’établissement peut décider de procéder :

Soit par extraction des données de la GAP et du DPI puis par agrégation :

  • Pour tout patient admis en hospitalisation par l’établissement, quel que soit le type d’hospitalisation, lors de la validation par l’établissement de son admission, le système vérifie l’existence d’un DMP ;

  • Le système enregistre l’information qu’un DMP existe ou n’existe pas pour ce patient à la date d’admission ;

  • Lors de la validation d’un des documents de la liste des documents validés en CME du patient disposant d’un DMP lors de son admission, le système publie le document dans le DMP ;

  • Le système reçoit et enregistre les codes retour du système DMP pour le séjour du patient concerné.

Soit par l’identification manuelle pour toute les sorties

Soit par construction d’un indicateur au fil de l’eau (taux de publication au Jour de Sortie, ou taux de publication à Sortie+1 jour), et ensuite agrégation et calcul d’une moyenne des taux quotidiens entre deux dates, J0 et J-90 jours.

L’indicateur ne doit pas tenir compte des documents adressés aux DMP nouvellement créés pendant l’hospitalisation du patient.

 
  Numérateur Dénominateur
 

Nombre de documents effectivement transmis au DMP sur la base de la liste validée par la CME pour les patients disposant d’un DMP lors de leur admission

  • Dans le DPI ou l’application tierce servant à élaborer le relevé ;

  • COMPTER les dossiers patients dont la date de sortie est comprise entre la date de début et la date de fin de période de recueil dont le patient disposait d’un DMP à l’admission avec l’un des documents de la liste des documents validés en CME envoyé au système DMP et un code retour reçu.

Nombre de documents attachés à des patients ayant un DMP créé : nombre de documents à transmettre via DPI – nombre de documents attachés à des patients sans DMP ou nombre de documents attachés à des patients sans DMP fournis par le connecteur (retour d’erreur suite envoi).
3. Source des informations Numérateur Dénominateur
 

DPI ou application tierce

Données à restituer :

Nombre de séjours pour des patients disposant d’un DMP à leur admission et pour lesquels un document a été envoyé au DMP.

DPI ou application tierce

Données à restituer :

Nombre de séjours pour des patients disposant d’un DMP à leur admission.

4. Éléments de preuve Numérateur Dénominateur
 
  • Nombre de séjours pour les patients disposant d’un DMP à leur admission et pour lesquels une lettre de liaison de sortie a été envoyée au DMP.

  • Méthode de contrôle de l’existence du DMP d’un patient à l’admission en excluant les DMP pour lesquels le patient n’a pas autorisé l’accès sous réserve de pouvoir avoir cette information ;

  • Nombre de séjours pour des patients disposant d’un DMP à leur admission (en excluant les identités provisoires).

5. Points durs

Comment rapprocher le numérateur et le dénominateur lorsqu’il y a plus d’un document dans la liste validée par la CME ?

Comment automatiser la publication dans le DMP des documents ?

Comment réussir à définir une liste de documents pouvant alimenter le DMP et validés en CME ?

Comment organiser la répartition dans deux logiciels différents : la GAP (à l’admission) pour contrôler l’existence du DMP et le DPI pour alimenter le DMP ?

Comment aborder le cas des patients pour lesquels le DMP est alimenté avec délai en cas d’annonce à faire au patient (ex : oncologie, maladies rares…) ?

 
6. Facteurs clés de succès de production de l’indicateur

L’admission des patients est en général réalisée dans la GAP ou en lien avec celle-ci. C’est dans ce contexte que la vérification de l’existence du DMP peut être réalisée.

Il convient de vérifier s’il est possible d’extraire dans la GAP le nombre de patients qui disposaient d’un DMP lors de leur admission sur une période donnée.

Si une zone dédiée n’existe pas pour enregistrer l’existence du DMP, il convient d’utiliser une autre zone dont les données pourraient être extraites en vue de leur exploitation.

Idéalement cette information relative à l’existence d’un DMP doit être propagée depuis la GAP vers le DPI.

 
7.Modèle type de document de preuve
  • Un document prouvant la capacité de la GAP à identifier les patients qui disposaient d’un DMP ouvert au moment de l’admission ;

  • Un document prouvant que le DPI permet de lister les patients avec un DMP qui ont été alimentés ainsi que la liste des documents ayant alimenté le DMP ;

  • Les indicateurs produits par la CNAM.

 
8.Principales ressources

Il existe une liste de documents que le DMP peut enregistrer. La CME doit donc valider à la fois ce qui est comptable avec le DMP et ce que le logiciel métier peut produire.

Pour les domaines 1 et 6, l’intégration des données selon le cadre d’interopérabilité défini par l’ANS (format structuré CDAR2 niveau 3) donne lieu à un forfait de financement intégrant un bonus de 20% du forfait standard :

 
Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires ( 3 )

BOU Anaïs (POLYCLINIQUE SAINT JEAN)
posté le 03/06/2020

Bonjour,

Qu'entendez-vous exactement par : "Les médecins, dans le cadre de leur activité libérale au sein des cliniques privées, sont hors champ pour le calcul de cet indicateur." ?

Merci d'avance.

GHOUIL Inès (ANAP)
posté le 29/09/2020

Bonjour,

Il s'agit des médecins qui font, en clinique, des consultations pour leur compte et non celui de la clinique. C'est aussi le cas, parfois, dans les établissements publics. Ainsi, ce qui se passe dans le cadre de cette activité propre n'est pas régenté par l'établissement et par conséquent n'a pas à être comptabilisé.

Merci

Diop Mouhamadou
posté le 15/01/2021

Bonjour,

Existe-t-il un modèle d'attestation de la décision de la CME d’alimenter le DMP ou équivalent ?

merci pour votre aide,

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Produire efficacement les indicateurs d'usage HOP'EN (Apport en connaissance) qui traite de Mesurer l'usage, D2.2 - Documents dans le DMP.

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Produire efficacement les indicateurs d'usage HOP'EN (Apport en connaissance) qui traite de Mesurer l'usage, D2.2 - Documents dans le DMP.

Vous êtes perdu ?