Logo ANAP
Ce site requiert l'activation de javascript pour être utilisé, merci de l'activer.
S'abonner

Les systèmes d’information sont un levier majeur de la performance des établissements de santé et médico-sociaux. Dans ce domaine, les projets peuvent être conduits à différents niveaux et poursuivre des objectifs divers : projet d’un établissement en vue de l’informatisation d’une ou de plusieurs fonctions, expression de besoins d’une structure répondant à un appel à projet pour obtenir un appui ou un financement, analyse et sélection par une agence régionale de santé des projets adressés par les établissements, etc.

Les principales difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ces projets ne sont pas toujours d’ordre technique : elles peuvent relever de leur gouvernance mais aussi d’un manque de lisibilité et de langage commun et partagé par l’ensemble des professionnels mobilisés.

C’est précisément parce que l’ANAP a fait le constat d’un besoin d’une meilleure lisibilité et d’un langage commun dans les systèmes d’information qu’elle propose aujourd’hui ce document. Ce dernier a pour ambition de contribuer à faciliter le dialogue et le changement de pratiques des professionnels par le passage d’une vision centrée sur un logiciel ou un applicatif à une expression de besoins et d’objectifs tournée sur les fonctions et l’utilité de l’outil. Il a pour objectif d’améliorer la connaissance et la compréhension commune du système d’information hospitalier à travers une segmentation du SI « par fonction » ou fonctionnelle. Ce découpage du SI s’appelle une « segmentation fonctionnelle » et est un préalable à toute démarche d’urbanisation. Ce document se présente donc comme une référence commune : il n’a ni portée prescriptive, ni valeur normative.

Pourquoi une segmentation fonctionnelle ?

Une segmentation fonctionnelle décrit le système d’information hospitalier à travers les différents blocs et fonctions qui le composent. Elle s’oppose à une segmentation dite applicative qui décrit le système d’information hospitalier à travers les différents logiciels ou applications qui le composent.

La segmentation fonctionnelle proposée n’a pas de valeur « absolue » : elle doit être adaptée en fonction des contextes d’utilisation (exemple : les pouvoirs publics qui veulent regrouper les projets d’informatisation pour les comparer entre eux, les directions informatiques qui souhaitent mener une démarche d’urbanisation appliquée à leur établissement ou qui veulent recenser et analyser l’offre des éditeurs, les utilisateurs métiers qui veulent exprimer leurs besoins dans le cadre d’une informatisation…).

Plusieurs raisons justifient le découpage d’un système d’information en segments fonctionnels :

  • faciliter la compréhension du système d’information : chaque fonction décrit un ou plusieurs besoins et l’ensemble des fonctions décrit le besoin auquel répond le système d’information ;
  • faciliter la comparaison des applications informatiques : deux ou plusieurs applications informatiques seront considérées comparables si elles répondent aux mêmes besoins, et donc implémentent les mêmes fonctions ;
  • faciliter l’expression des besoins utilisateurs : l’utilisateur exprime son besoin en termes de finalités métiers (« pour quoi faire ? ») sans aucun a priori de solutions techniques (« comment ? ») ;
  • avoir un système d’information qui corresponde aux besoins du métier : souvent, les utilisateurs demandent des solutions déjà connues au lieu d’exprimer leurs besoins en termes de finalités métiers, ce qui aboutit à un système d’information qui, dans la plupart des cas, n’a rien à voir avec leurs besoins réels ;
  • avoir un système d’information flexible (ou « agile ») et donc facile à faire évoluer : lorsqu’un besoin évolue ou change complètement, seule la fonction qui décrit le besoin évolue ou change, et non l’ensemble du système d’information.

Qu’est-ce qu’un bloc ou segment fonctionnel ?

Un bloc fonctionnel est une unité de découpage du SI correspondant soit à un regroupement de services, soit à un regroupement de blocs fonctionnels de niveau plus fin.

Chaque bloc fonctionnel est à considérer comme un sous-système à part entière, encapsulant ses objets métiers et ses services fonctionnels sans redondance.

Les services concourent à une ou plusieurs activités décrivant les processus métier.

Cette ressource vous paraît-elle utile ?

Commentaires - Soyez le premier à déposer un commentaire

Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Connaître les grandes fonctions d'un SIH (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?

Haut de page

Vous êtes actuellement sur la page consacrée à Connaître les grandes fonctions d'un SIH (Apport en connaissance).

Vous êtes perdu ?